Sahara : Le HCR paiera les salaires des membres d’une nouvelle milice armée du Polisario ?

Apparemment, le Haut-commissariat aux réfugiés aurait élargi ses actions dans les camps de Tindouf. L’organisme onusien devrait payer les salaires d’une nouvelle milice armée entièrement sous les ordres du « premier ministre » du Polisario.

Au Polisario, la succession de Mohamed Abdelaziz aurait-elle commencé ? Ses lieutenants s’y préparent déjà. Mohamed Taleb Omar qui fait office de « premier ministre », depuis octobre 2003, vient d’annoncer la création d’une agence spéciale de sécurité, à la tête de laquelle il a réussi à placer un de ses fidèles.
Sa mission consiste à « assurer la protection des personnalités étrangères qui visitent les camps de Tindouf ». D’habitude ce sont les renseignements algériens (DRS) qui assument cette responsabilité.
Taleb Omar se dote ainsi d’une unité militaire entièrement à ses ordres et à la mesure de ses ambitions politiques. Alors que Mohamed Abdelaziz est très malade, ce bras militaire vise à renforcer ses chances de prendre un jour le pouvoir avec la bénédiction du parrain algérien.
Le HCR appelé à payer les membres de la nouvelle force.
« Le premier ministre » ne fait que marcher sur les traces du « ministre de la Défense », l’Algérien Mohamed Lamine Ould Bouhali, qui règne en maître absolu sur les milices du Front au point que les Sahraouis des camps le surnomment « Al Sissi ». Néanmoins la nouveauté réside dans l’implication directe de la délégation du Haut-commissariat aux réfugiés en Algérie pour la création de cette force. L’organisme onusien paiera un salaire mensuel de 140 euros pour chaque agent alors que le chef recevra 1000 euros par mois, indique un média sahraoui.
Un apport qui devrait assurer une certaine indépendance financière à l’unité et du coup lui garantir que son budget et ses effectifs échappent totalement au contrôle du « parlement » du Polisario.
L’implication du HCR surprend. En effet, en agissant de la sorte l'instance internationale relevant des Nations Unies accepte dans les faits, d'être une partie prenante dans des projets personnels de la garde rapprochée de Mohamed Abdelaziz. La mission principale de l'instance onusienne consiste à porter aides et assistances à la population démunie des camps.

19/01/2015