Sahara: Le lancement de réelles négociations pour une solution politique sur la base de la proposition d’autonomie, un des éléments de la future stratégie d’action (Benkirane)

En réponse aux questions des députés lors de la séance mensuelle sur la politique générale du gouvernement consacré au développement de la question nationale, M.Benkirane a souligné que cette stratégie encadrée par les Hautes orientations royales visent à faire face à toute déviation à l’approche onusienne consistant à trouver une solution politique, préserver les acquis enregistrées dans le dossier de l’intégrité territoriale et ouvrir de nouvelles perceptives d’action dans ce sens. Et d’ajouter que cette stratégie vise également, à réunir les conditions de la mise en œuvre de la régionalisation avancée à travers le modèle de développement des provinces du Sud, renforcer les droits de l’Homme, respecter la spécificité culturelle sahraouie hassanie et à faire face aux manœuvres des ennemies de l’intégrité territoriale du Royaume, mettre à nu les violations des droits de l’Homme commises par les séparatistes à l’encontre des Marocains séquestres dans les campas de Tindouf, consolider la position du Maroc rejetant toute tentative d’instrumentalisation des droits de l’Homme, dans ce conflit artificiel et à poursuivre l’action pour convaincre les pays restants pour retirer leurs reconnaissances de la fantomatique "rasd".

Le chef du gouvernement a indiqué que l’action de la diplomatie nationale, officielle et parallèle, sera encadrée par une série de mécanismes, notamment la poursuite de la mobilisation de la diplomatie marocaine pour accompagner et mettre en œuvre les efforts tendant à renforcer les relations bilatérales du Royaume avec les pays subsahariens.

Il a rappelé à cet égard l’appel de SM le Roi Mohammed VI dans Son discours à l’occasion du 38-ème anniversaire de la Marche Verte, en faveur du renforcement des moyens de coordination et de la coopération avec les pays frères, dans différents domaines, en particulier la conclusion d’accords de libre échange, dans la perspective de la réalisation d’une intégration économique régionale. M. Benkirane a souligné la détermination du gouvernement d’œuvrer pour la concrétisation de l’intégration maghrébine comme choix stratégique pour la complémentarité entre les cinq pays du Maghreb et l’espace arabe en tant que prolongement naturel des pays de la région, et le renforcement du partenariat stratégique modèle instauré en 2011 entre le Maroc et les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui ont réitéré leur position constante et leur solidarité avec le Royaume pour la préservation de son intégrité territoriale.

De même, a-t-il ajouté, il sera question de poursuivre l’action en faveur du renforcement du partenariat stratégique du Maroc avec l’Union européenne et de promouvoir les relations avec ses différentes instances (Secrétariat général du conseil européen, groupe de travail sur les droits de l’homme ) avec l’association des parties actives non gouvernementales au partenariat Maroc-UE, avec notamment le renforcement du dialogue avec le parlement européen et le conseil de l’Europe.

L’accent sera également mis, selon lui, sur la consolidation du partenariat stratégique entre le Maroc et les Etats Unis d’Amérique, comme en témoigne lors de la dernière visite royale à ce pays, la consécration de la politique d’ouverture et de rapprochement avec les pays d’Amérique latine et la poursuite des efforts pour garantir un positionnement d’exception du Maroc en Asie et la région du Moyen Orient à travers la promotion de la concertation politique et l’échange économique.

En outre, M. Benkirane a relevé l’importance d'œuvrer pour la diversification et l’élargissement de la panoplie des mécanismes de coordination multilatérale pour conforter la position du Royaume au niveau régional, à travers la contribution efficace, dans le cadre du rassemblement des Etats du Sahel et du Sahara (SENSAD),et le renforcement des liens de coopération et de coordination avec les organisations régionales africaines et donner la priorité à la mise en œuvre des activités de la Conférence des pays africains riverains de l’Atlantique, vu qu’elle constitue un moyen de renforcement des relations de coopération et de solidarité avec ces pays frères et amis, outre le renforcement de la présence du Maroc au sein des instances régionales et forums dans le cadre de la coopération sud-Sud Apres avoir indiqué que ces grands choix de la diplomatie marocaine permettent d’offrir un cadre stratégique et institutionnel fort pour appuyer la question de l'intégrité nationale, avec le doublement d’efforts concernant plusieurs mesures dont la mobilisation générale lors de tous les débats lancés au sein de toute les instances des Nations Unies pour faire face aux manœuvres ourdis des ennemis de l’intégrité territoriale ainsi que la mobilisation pour la dynamisation de la diplomatie parallèle via le parlement, les partis politiques, les syndicats, les intellectuels, les hommes d’Affaires, les medias et la femme pour communiquer avec les peuples concernant la question nationale.

Parmi ces mesures, ajoute le chef de gouvernement, figure le développement des relations de coopération et d’échange avec l’ensemble des médias nationaux et internationaux, le renforcement de la présence des informations relatives au Sahara dans la presse, l'intérêt particulier au rôle que peuvent jouer les MRE dans la sensibilisation de l’opinion public locale et la société civile et l’encadrement des associations et acteurs de la société civile pour l’unification des rangs pour faire face aux séparatistes.

Ces mesures, a-t-il dit, portent également sur le renforcement de l’action culturelle comme un outil efficace de défense des intérêts du pays, avec en tête la question du Sahara, comme point de départ pour mettre en valeur le patrimoine national, la consécration du volet culturel de la diplomatie marocaine pour mettre en avant le modèle marocain basé sur la modération , l’ouverture et la solidarité avec les peuples outre l'accompagnement des efforts visant la qualification de l’appareil diplomatique via la formation et la formation continue et la gestion rationnelle des ressources humaines et financières.