Les médias marocains, toutes tendances confondues, n'ont pas caché leur surprise, face à la volte-face de l'allié américain de jadis, concernant le dossier épineux du Sahara. Ils considèrent que Washington a failli à son devoir de neutralité et s'est purement et simplement alignée sur les thèses séparatistes du Polisario.

"L'Amérique gifle le Maroc," titre Akhbar Al Youm Al Maghribiya à la Une, en espérant qu'il ne restait aux marocains que cette chance de voir la France faire recours à son veto devant le Conseil de Sécurité le 25 avril prochain, afin de bloquer la proposition américaine qui demanderait l'élargissement des prérogatives de la MINURSO au monitoring de la situation des droits de l'homme au Sahara.

"Sahara: volte-face américaine," titre L'Opinion, organe du parti de l'Istiqlal qui se demande " comment peut-on interpréter la décision de l'administration américaine?...Il ne peut y avoir qu'une seule interprétation: alignement aveugle sur les thèses du Polisario qui a toujours instrumentalisé la question des droits de l'homme pour présenter le Maroc comme +une force d'occupation+ pour faire diversion...".

"De nouvelles manœuvres contre notre Sahara nécessitent une mobilisation totale," souligne Al Ittihd Al Ishtiraki (opposition socialiste). alors que Assabah se demande"à quoi ça rime l'alliance stratégique maroco-américaine?". Rissolât Al Oumma de son coté, lève le voile sur "le rôle" machiavélique joué par Alger dans les campagnes médiatiques et diplomatiques afin d' instrumentaliser politiquement "le volet des droits de l'homme ... et ce depuis longtemps"...

"Depuis la présentation, en avril 2007, par le Royaume du Maroc, de l'initiative pour la négociation d'un statut d'autonomie pour la région du Sahara, la question des droits de l'homme a été méthodiquement instrumentalisée par les autres parties au différend, pour tenter de dévier le processus de négociation et de s'en servir comme prétexte pour ne pas s'engager résolument et de bonne foi dans la recherche d'une solution politique," a indiqué l'agence MAP, citant un communiqué officiel, suite à une réunion d'urgence lundi au Cabinet Royal.

Cette réunion sur la question du Sahara, a eu lieu , en présence de Conseillers du Souverain, du Chef du Gouvernement, des leaders des partis politiques, ainsi que de plusieurs membres du Gouvernement, ajoute la MAP.

16/04/2013