Un dirham sahraoui, un parlement et un gouvernement local, deux milliards d’euros pour dédommager les populations... Voici les grandes lignes d’un plan d’autonomie qui aurait été concocté à l’ONU. Explications.

Dans sa dernière édition, l’hedomadaire arabophone Al Ousboue a publié un document qui aurait fuité des arcanes des Nations Unies, et qui circule actuellement sur des sites indépendantistes. Décliné en 24 points, le document est présenté comme le canevas d’un nouveau plan de résolution du conflit au Sahara. Et pour cause, le texte stipule que même si le Maroc garde la main sur la représentation à l’international du Sahara, la région sera dotée d’un gouvernement sahraoui autonome et d’un parlement qui pourra légiférer en matières civile, pénale, fiscale et sociale. Concernant le volet économique, un dirham sahraoui sera mis en circulation et le gouvernement local se réservera le droit d’octroyer les autorisations de forage et d’exploitation minière ainsi que les agréments de pêche hauturière. Info ou intox ? Les autorités onusiennes n’ont ni confirmé, ni infirmé l’authenticité de ce document. “C’est probablement une façon de sonder les intentions du Maroc et du Polisario pour les faire revenir à la table des négociations sur le principe d’acceptation d’un plan d’autonomie dont les détails se préciseront au fil des discussions”, analyse un observateur politique. En effet, avec la guerre au Mali et les risques sécuritaires qui en découlent, l’ONU, le Maroc et le Polisario sont sommés plus que jamais de trouver une solution pour la résolution d’un  conflit qui perdure. Côté officiel, aucune réaction n’a encore été relevée de la part du département de Saâd-Eddine El Othmani.

 

21/01/2013