Après neuf rounds de réunions informelles, Christopher Ross propose une phase de pourparlers indirects, basés sur « des échanges bilatéraux discrets ». L’Américain a fait cette annonce, mercredi soir, au Conseil de sécurité. En cas de réussite de cette nouvelle formule, il entend passer à des négociations directes. Ross a fait part, également, de son intention de retourner, dans les semaines à venir, dans la région.

Dans la soirée du mercredi 30 octobre, les membres du Conseil de sécurité (CS) ont écouté le compte rendu d'un rapport sur le Sahara occidental, présenté par Christopher Ross. La séance s’est tenue, comme d’habitude à huis-clos. Le médiateur, selon le centre de nouvelles de l’ONU, compte retourner dans la région « dans les semaines à venir » afin de s’assurer de la volonté des parties à engager des négociations sérieuses et intenses. En revanche, aucune date n’a été fixée pour le prochain périple du diplomate américain, sachant qu’il a effectué une tournée, du 7 au 25 octobre, au Maroc, Algérie, dans les camps de Tindouf et en Mauritanie.

Ross souhaite des « échanges bilatéraux discrets »  

Devant  les Quinze du CS, l’envoyé personnel de l’ONU au Sahara occidental a proposé la tenue d’une phase de pourparlers indirects, juste entre le Maroc et le Polisario sans l’Algérie et la Mauritanie.

En cas de réussite de cette nouvelle potion d' « échanges bilatéraux discrètes », Christopher Ross entend passer à l’étape des négociations directes entre les deux parties. Ce qui serait, en effet, un retour à la méthode préconisée, entre 2007 et 2009, par le prédécesseur de Ross, le Néerlandais Peter Van Walsum, couronnée par les quatre rounds de Manhasset.

L’Américain avait, lui-même, reconnu le 28 novembre 2012, devant le Conseil de sécurité, l’échec des neuf tours des réunions informelles qu’il avait organisées depuis sa désignation à ce poste par le secrétaire général de l’ONU. Pour mémoire, il avait appelé « l'ensemble de la communauté internationale de s'y joindre pour encourager les parties au conflit à entamer des négociations sérieuses afin de parvenir à une solution honorable qui mette fin à ce conflit ».

Au cours de la réunion du mercredi 30 octobre, le chef de la Minurso, Wolfgang Weisbrod-Weber, a également pris la parole. Le centre de nouvelles de l’ONU n’a donné aucun détail sur la teneur de l’intervention de l’Allemand.

Par ailleurs, la nouvelle proposition de Ross intervient à un moment d’escalade diplomatique entre le Maroc et l’Algérie. A quelques heures de l’intervention du diplomate américaine devant le CS, Rabat a décidé de rappeler son ambassadeur en Algérie.

31/10/2013