Quelques jours avant que Christopher Ross, l’envoyé spécial onusien n’entame sa tournée actuelle dans les pays du Maghreb, Mohamed Abdelaziz a tenu une réunion au pas de course avec ses lieutenants dans le camp de Rabouni, selon des sources bien informées à Tindouf, le QG du Polisario en Algérie.

L’empressement du chef du Polisario avait une raison précise, il devait transmettre des instructions d’une extrême importance à ses compagnons. De nouvelles consignes venaient de lui être signifiées par un haut gradé du DRS, les services de renseignement militaires algériens, qui ont la haute main sur tout ce qui concerne l’affaire du Sahara occidental et le Polisario. Les nouvelles directives du DRS ont été soigneusement mises au point, en étroite coordination avec le nouveau chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra. Selon les mêmes sources, ces instructions consistent à déclencher une nouvelle campagne diplomatique et médiatique pour faire revivre l’idée du référendum. La relance de cette nouvelle piste par Alger a été motivée par les résultats limités des campagnes orchestrées autour de la violation des droits de l’homme et des ressources naturelles au Sahara occidental.

Persuadé que l’Algérie ne réussira jamais à convaincre les principales capitales internationales de l’extravagante idée de créer une république au Sahara, le nouveau ministre algérien des affaires étrangères préfère changer son fusil d’épaule. D’où l’initiative de ressusciter l’idée du référendum, qui a été à l’origine du blocage du processus de règlement pendant plus d’une décennie. En fait, Lamamra compte faire d’une pierre deux coups. D’une part, torpiller le plan marocain d’autonomie au Sahara occidental, dont l’adhésion internationale accrue représente un sujet de grande inquiétude pour Alger. De l’autre, faire traîner les choses afin de maintenir l’affaire du Sahara occidental comme un caillou dans la chaussure marocaine et préserver à l’Algérie ses ambitions dans la région. Rien d’étonnant donc que ce nouveau revirement d’Alger coïncide avec la tournée de Christopher Ross dans la région, une manière de brouiller davantage les pistes.

Avec agences

 

19/10/2013