La proposition marocaine d’une large autonomie au Sahara, met de plus en plus mal à l’aise les dirigeants algériens et leurs protégés au sein du front Polisario.
Cette proposition constitue, selon un expert des litiges territoriaux, une concession courageuse du Maroc, car elle balise le terrain pour un règlement politique du conflit du Sahara Occidental sans vainqueur ni vaincu.
C’est dans ce contexte que l’Association des Amis du Sahara marocain en Espagne, a appelé les séparatistes du Polisario à accepter la proposition marocaine d’autonomie pour régler définitivement ce vieux conflit et mettre fin aux souffrances des populations séquestrées dans les camps de Tindouf sur le sol algérien.
Dans un communiqué publié jeudi, le président de l’Association basée à Madrid, Rachid Faris Semmahi, a appelé les dirigeants du Polisario à »sortir de l’apathie », sachant que le Plan d’Autonomie marocain, jouit de la confiance de la communauté internationale ainsi que celle des populations des provinces sud du Royaume.
Le président de l’association demande également aux dirigeants algériens de faire preuve d’audace et de soutenir cette solution compte tenu des retombées positives qu’elle peut avoir aussi bien pour les habitants des provinces du Sud que pour toute la région du Maghreb.
Toujours sur le même refrain, le chef du parti socialistes marocain (USFP-opposition), Driss Lachgar qui était en visite dans le pays basque, a souligné que la proposition marocaine d’autonomie pour le Sahara, qualifiée de « sérieuse et crédible » par l’ONU et particulièrement par les USA et la France, pays membres permanents du Conseil de Sécurité, est l’un des signaux positifs de la volonté du Maroc d’œuvrer sérieusement pour un règlement du vieux conflit territorial.
En revanche, l’autre partie (le Polisario) continue à camper sur ses positions barrant le chemin à toute solution consensuelle, a-t-il fait observer à l’issue des entretiens qu’il a eus, mercredi à (Nord-ouest de l’Espagne), avec les hauts responsables du Pays Basque.
D’autant plus, a ajouté le chef de l’USFP, le plan d’autonomie sera accompagné de la mise en place d’une régionalisation avancée dans toutes régions du royaume, y compris les provinces sud, tout en respectant leurs spécificités et leurs caractéristiques historiques et culturelles.

13/02/2014