Un haut responsable du Polisario, Mustapha Bachir Essaid, a menacé mercredi d'un retour à la lutte armée contre Rabat pour régler le problème du Sahara face aux blocages des négociations, lors d'une conférence en Algérie.

Le Front Polisario «n'écarte pas le retour à la lutte armée dans le cas où le Maroc persiste à retarder le processus des négociations», a déclaré M. Essaid, conseiller du président du front, Mohamed Abdelaziz, lors de travaux d'été des cadres de son mouvement organisés à Boumerdès, à une cinquantaine de kilomètres à l'est d'Alger.

 

«Si les autorités marocaines persistent dans leur obstination à entraver et à retarder le processus des négociations pour trouver une solution à la question sahraouie, garantissant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, nous serons obligés de passer à une autre étape, qui est la lutte armée», a-t-il affirmé à l'agence algérienne APS.

 

Les négociations «sont le meilleur moyen, selon le Front Polisario, de parvenir à une solution pacifique durable et juste, garantissant la construction d'une relation de bon voisinage avec le Maroc», a souligné le même responsable.

 

Le Maroc, qui contrôle depuis les années 1970 l'ex-colonie espagnole, propose un plan d'autonomie sous sa souveraineté. Mais celui-ci est rejeté par le Polisario, soutenu par l'Algérie, qui réclame un référendum d'autodétermination. Ce contentieux semble dans l'impasse, malgré les efforts de Christopher Ross, l'émissaire du secrétaire général de l'ONU.

 

Le Polisario s'était lancé dans la lutte armée contre le Maroc dès la récupèration du territoire par le royaume lors de la Marche verte de 1975 jusqu'à un accord de cessez-le-feu en 1991.

15/08/2013