Nouakchott : La police politique algérienne encercle depuis des semaines les camps des détenus Sahraouis de Tindouf et Rabonni, érigeant tout autour, des murs de sables.

L’opposant au Polisario exilé en Mauritanie, Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud a annoncé que la police politique algérienne a enlevé aux alentours des camps du Polisario à Rabonni, un jeune sahraoui, le faisant disparaître depuis le 15 décembre dernier. 

 

Il s’appelle Ahmed Salem Jelloul, il conduisait un semi remorque que possède son père et travaillait sur les chemins entre les camps du Polisario et les marchés de Mauritanie. 

 

Selon Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, le jeune homme en compagnie d’un jeune aide, prit au volant de son camion, son chemin habituel vers la Mauritanie, son départ fut enregistré à la sortie du camp, par les miliciens du Polisario, comme il est d’usage, vu que les déplacements sont soumis à contrôle, sauf qu’arrivant au niveau d’un check point érigé par la police du régime algérien, Ahmed Salem fut tiré de sa cabine et mis dans la violence dans un véhicule qui l’emmena vers une destination inconnue, jusqu’à aujourd’hui.

Sans présenter d’explications, les agents algériens remirent les clés du camion au jeune aide, qui vit tout et se chargea d’alerter la famille du kidnappé. 

 

Des sources sur place ont à cette occasion indiqué que ne se serait pas la première fois que de tels actes arrivent, et que nombre de familles sahraouis ont vu les leurs, se faire enlever par les agents du régime algérien, et ne réapparurent qu’après de longs jours de disparition, souvent portant les séquelles et traces de tortures, leurs faites lors d’interrogatoires sur leurs appartenances politiques ou pour dénoncer des opposants du Polisario.

18/12/2012