Un important lot de produits alimentaires et de médicaments en provenance de Tindouf a été saisi dans le nord-est de la Mauritanie, réveillant ainsi les inquiétudes que suscitent les détournement par le Polisario de l'aide humanitaire destinée à la population séquestrée.

 

Le trafic de l'aide humanitaire destinée à la population de Tindouf se poursuit, en dépit des mises en garde internationales. Ainsi, "les autorités mauritaniennes ont saisi, lundi 6 mars, dans le nord-est du pays, un important lot de produits alimentaires et de médicaments en provenance de Tindouf", indique Al Massae dans son édition de ce mercredi 8 mars.

 

"Les cargaisons saisies à bord de véhicules tout terrain provenant des camps de Tindouf devaient être écoulées dans le nord de la Mauritanie", précise le quotidien arabophone, relevant que cette saisie a été opérée alors que le scandale des détournements de l'aide humanitaire destinée à la population des camps de Tindouf, notamment du lait pour nourrissons et des vaccins, a été au centre de la 34ème session du Conseil des droits de l'Homme à Genève.

 

Lors de cette nouvelle session du Conseil onusien, "des militants américains actifs dans la défense des droits de l'Homme, dont ceux de la population de Tindouf, ont vivement dénoncé le détournement par le Polisario de l'aide humanitaire octroyée à la population sahraouie", relève encore Al Massae. 

 

Parmi les acteurs associatifs américains, le quotidien cite Nancy Hoff, "impliquée personnellement depuis vingt ans dans la collecte et la distribution de dons humanitaires aux enfants de Tindouf, jusqu'à ce qu'elle réalise que ces aides n'étaient souvent pas parvenues à leurs destinataires".

Rapportant le témoignage de Nancy Hoff, lors de la 34ème session du Conseil des droits de l'Homme à Genève, le quotidien indique que la militante a renoncé à envoyer davantage d'aides à Tindouf après avoir été empêchée, par la direction du Polisario, d'assister à l'opération de distribution desdites aides humanitaires.

 

 

Pour rappel, l'Office européen de lutte contre la fraude avait rendu public, en janvier 2015, un rapport accablant sur le détournement de l'aide humanitaire destinée à la population de Tindouf, révélant qu'une partie importante de cette aide était détournée de façon organisée, depuis plusieurs années, par l'Algérie et le Polisario. Seule l'aide dont dépend la survie de la populations est distribuée. La majeure partie de cette aide est vendue sur les marchés de Nouadhibou et de Nouakchott (Mauritanie), de Niamey (Niger), ou encore à Bamako (Mali), pour ne pas citer Alger où ces produits alimentaires octroyés à titre d'aide garnissent les étals des commerces et des restaurants.

09/03/2017