‘’La situation humanitaire est réellement catastrophique dans les camps de Tindouf, où la population séquestrée et non pas refugiée, n’a jamais été recensé par le HCR et où les principes du droit international n’ont pas été appliqués (…)’’, a affirmé le président de la chambre des conseillers, le Dr .Mohamed Cheikh Biadillah.

Dans une allocution à l’ouverture, mercredi à Rabat, des travaux de commission des questions politiques et de la Démocratie de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), le Dr. Biadillah a relevé les manœuvres que d’aucuns entreprennent pour, d’une part, empêcher l’intégration maghrébine et d’autre part nuire à l’intégrité territoriale du Maroc.

Le président de la chambre des conseillers a, dans ce cadre, attiré l’attention des participants, sur de gros mensonges présentés par les détracteurs comme des crimes de Gdim Izik, notamment ’’les images de 3 enfants palestiniens transmises par une télévision espagnole, les images de la famille Rachidi, massacrée à Casablanca et l’image de cette dame asiatique diffusée récemment par la chaine TV américaine CNN, dans le programme d’Amanpour’’.

‘’Ces mensonges, a ajouté M. Biadillah, auraient été perpétrés par le Maroc. Vite démentis, mais nos détracteurs ne sont pas découragés pour autant’’.

‘’Il est d’ailleurs surprenant, qu’Amanpour n’ait pas pu évoquer le film +Stolen+ sur l’Esclavage à Tindouf, dénoncé par ce documentaire américain diffusé par Word-Channel en dépit de la forte pression du Lobby pro-algérien'', a fait remarquer M.Biadillah.

Après avoir évoqué le cas des ‘’onze (11) agents des forces de l’ordre, sans armes de défense, massacrés, dont certains égorgés vifs et des cadavres mutilés’’, le président de la chambre des conseillers a conclu que le Maroc fort de son histoire millénaire, ses traditions et sa sagesse demeure optimiste et ‘’ce genre de provocations ne détourne pas notre attention de réfléchir à la refondation de l’Espace méditerranéen qui nous unit’’.

13/03/2013