La société civile du Maghreb appelle à l'unité

Activists who converged on Marrakech last week for the World Human Rights Forum had a lot to say about Maghreb integration.

Their answers said a lot about the importance of human rights in the process of Maghreb integration.

Human rights are a platform for development in the Maghreb, said Arous Zoubir, an Algerian sociologist and founding member of the Forum Maghrebin.

Les militants réunis la semaine dernière à Marrakech à l'occasion du Forum mondial des droits de l'Homme ont beaucoup parlé de l'intégration du Maghreb.

Leurs réponses en disent long sur l'importance des droits de l'Homme dans le processus d'intégration maghrébine.

Pour Arous Zoubir, sociologue algérien et membre fondateur du Forum maghrébin, les droits de l'Homme sont une plateforme pour le développement du Maghreb.
"Par ce biais, il sera possible d'édifier une société maghrébine unifiée dans un cadre de diversité et de respect de l'autre, qui sont des éléments nécessaires à l'intégration", a-t-il expliqué.

Les droits de l'Homme peuvent être des outils qui transcendent les frontières, conduisant à une intégration régionale non seulement du Maghreb, mais de l'Afrique dans son ensemble, a-t-il ajouté.

Selon Mohamed Ahmed El Haj Sidi, avocat et membre de l'Association mauritanienne des droits de l'Homme, ceux qui sont favorables aux libertés civiles pourraient créer des ONG pour rassembler les peuples et mettre en place une plateforme maghrébine commune en mesure d'harmoniser les législations sur l'éducation, l'emploi, la coopération internationale et le respect des valeurs des droits de l'Homme.

"L'intégration du Maghreb est possible par le biais des droits de l'Homme, car rester otages de décideurs politiques qui demeurent incapables d'insuffler un nouvel élan à l'UMA n'est pas une option viable", a-t-il déclaré.

Mais pour Amina Bouayyach, membre de l'Organisation marocaine des droits de l'Homme (OMDH), la question demeure complexe du fait des ambitions politiques des différents pays composant le Maghreb.

Selon elle, chaque pays de la région doit relever ses propres défis : entre combat pour la démocratisation et chaos intégral en termes d'institutions, "il est difficile pour les ONG maghrébines de travailler en faveur de la coopération".

Hala Essawab, jeune travailleuse humanitaire tunisienne, a souligné l'importance d'une implication de la société civile en faveur des droits de l'Homme, en vue de déboucher sur une plus forte coordination du travail en cours dans chaque pays du Maghreb visant à protéger les libertés civiles.

Ce réseau inter-maghrébin des droits de l'Homme devrait disposer "des outils et des moyens nécessaires pour devenir une véritable force créatrice, conduisant les décideurs politiques sur le chemin de l'intégration maghrébine", a-t-elle expliqué.

Un avis partagé par Samir Maârouf, un autre jeune Tunisien, qui considère pour sa part le modèle inter-américain comme un véritable manuel d'intégration.

"C'est un modèle qui réunit toutes les ONG latino-américaines œuvrant pour les droits de l'Homme pour discuter et échanger des points de vue sur l'ensemble des questions politiques, religieuses et légales, avec pour principal objectif de tracer la voie à la recherche de solutions communes", explique-t-il.

Ce ne sont pas seulement les peuples du Maghreb qui aspirent à un Maghreb unifié et ouvert, mais tous ceux qui, au nord comme au sud de la Méditerranée, souhaitent voir un espace partagé de prospérité et de paix, a expliqué à Magharebia Hammouda Tarik, membre du Forum pour la justice et la vérité.

Il appelle de ses vœux un examen commun des stratégies des droits de l'Homme dans la région.

"L'intégration maghrébine requiert, entre autres choses, une plus grande coordination entre les ONG travaillant sur les droits de l'Homme au Maghreb", souligne-t-il.

Dans leur majorité, les intervenants ont souhaité une plus grande collaboration entre les ONG maghrébines.

"Nous partageons les mêmes préoccupations et sommes confrontés aux mêmes enjeux, d'où le besoin urgent d'examiner une nouvelle fois les moyens de mettre en œuvre une stratégie commune dans tout le Maghreb pour promouvoir une culture des droits de l'Homme dans la région", ont-ils estimé.

02/12/2014