A cause d'une question concernant le Maroc, Ramtane Lamamra a été irrité. Comme d'habitude, il exige que le Maroc soit traité en égal du Polisario, oubliant que le Royaume assistait au sommet arabo-africain en tant que membre de la Ligue arabe, organisation qui n'a jamais reconnu le Polisario.

Répondant à une question qui lui a été posée en conférence de presse à l'Ambassade d'Algérie à Doha au Qatar, Ramtame Lamamra, le ministre algérien des Affaires étrangères a failli sortir de ses gonds. Particulièrement irrité, il a purement et simplement affirmé qu’il souhaitait la bienvenue au Maroc au sein de l’Union africaine à condition qu’il soit "sur un pied d’égalité avec les cinquante-quatre États membres actuels". Ici, le sous-entendu est clair: le Maroc doit être sur le pied d’égalité que l’organisation séparatiste du Polisario.

Cette déclaration intervient naturellement dans le contexte où le Sommet Afrique-Monde Arabe qui s’est tenu à Malabo a vu le retrait de neuf pays de la Ligue Arabe, compromettant sonc succès. D'ailleurs, aucune décision importante n'a été prise faute d'engagement substantiel de la part de ceux qui avait décidé de rester au sein de la Ligue arabe. Car, c’est bien cela la question. Le Maroc n’assistait pas à cette rencontre en tant membre de l’Union Africaine. Il ne pouvait donc pas en accpeter les règles de fonctionnement. Le Royaume chérifien y était en tant que pays de la Ligue Arabe. Or, cette organisation, comme l’ONU d’ailleurs, n’a jamais accordé le statut d’Etat indépendant à la république autoproclamée du Polisario.

En poussant la réflexion, on se demande si l’Algérie ne souhaite pas que le Polisario soit admis comme membre de la Ligue Arabe. On doute que l'imposture qui mené à la situation ubuesque où des indépendantistes peuvent avoir un statut d’Etat au sein de l'Union africaine puisse être imposée ailleurs.

27/11/2016