Madrid est le principal bénéficiaire de cet accord de pêche de l'UE avec le Maroc, elle fait compagne, auprès des eurodéputés pour son adoption, face aux lobbies payés par l'Algérie, qui s'activent pour son rejet.

Madrid - Le ministre espagnol de l'Agriculture, de l'Alimentation et de l'Environnement, Miguel Arias Canete, se rend lundi à Strasbourg (France) pour demander le soutien du Parlement européen (PE) au nouvel accord de pêche signé en juillet dernier avec le Maroc. 

 

Selon l'agence espagnole "EFE ", qui cite des sources gouvernementales, Canete se réunira avec les chefs des commissions parlementaires et les principaux groupes politiques du Parlement européen, "dans le but de faciliter la ratification de l'accord de pêche". 

 

Le ministre doit rencontrer le président de la pêche du Parlement européen, Gabriel Mato (PP), et l'eurodéputée Carmen Fraga (PP), en charge de la rédaction du rapport sur le protocole avec le Maroc que le Parlement européen doit voter et se réunira aussi avec le Portugais Luis Capoulas Santos ( socialiste ), selon les mêmes sources. 

 

Canete aura également des réunions avec le Président de la Commission des affaires étrangères du PE, Elmar Brok, et avec les chefs de délégations et les représentants des partis espagnols. 

 

Un accord qui 'revêt une grande importance pour l'Espagne' 

 

Récemment, le ministre espagnol a affirmé que la ratification de l'accord de pêche entre le Maroc et l'Union européenne "revêt une grande importance pour l'Espagne", soulignant qu'il va transmettre aux différents groupes parlementaires européens l'importance de cet accord pour le secteur de la pêche en Espagne, notamment pour la région andalouse. 

 

Il a indiqué également qu'il a adressé des lettres aux dirigeants de tous les partis politiques espagnols les appelant à soutenir et à voter en faveur de l'accord de pêche Maroc-UE. 

 

Le gouvernement œuvre pour convaincre les leaders des partis politiques espagnols et européens de la pertinence de l'accord et ses retombées positives sur le secteur, avait déclaré le ministre. 

 

Conclu pour une durée de quatre ans, le nouveau protocole entrera en vigueur dès accomplissement des procédures internes respectives nécessaires, notamment son approbation par les Parlements marocain et européen. 

 

Le nouveau protocole prévoit 6 catégories de pêche avec une réduction des possibilités de pêches par rapport à l'ancien protocole, en autorisant 126 navires européens à opérer sur les eaux marocaines contre 137 auparavant.

 

21/10/2013