«Le gouvernement de la Suède n'a pas l'intention de reconnaitre la rasd», a déclaré à la MAP le porte-parole de ce ministère, Andres Jorle.

Le Parlement a fait une déclaration sur cette question, mais «la décision revient au gouvernement, qui n'a pas l'intention de reconnaître la rasd», a-t-il insisté.

La Suède juge que la pseudo «rasd» ne remplit aucun des attributs de reconnaissance, à savoir un territoire, un peuple et une autorité effective, a expliqué le responsable, rappelant que son pays s'attache, dans le cadre de sa politique étrangère, au respect strict de ces critères de reconnaissance et ce depuis plusieurs années. 

Jorle a, d'autre part, réitéré le soutien de son pays au processus engagé sous l'égide des Nations unies pour trouver une solution politique à ce différend. Le porte-parole n'a pas manqué d'exprimer la volonté de son pays de renforcer les relations d'amitié et de coopération avec le Royaume du Maroc.

La prétendue «rasd» ne remplit pas les critères de reconnaissance

La prétendue «rasd» ne remplit pas les critères de reconnaissance tels qu'ils sont définis dans le droit international, a affirmé jeudi le ministère suédois des Affaires étrangères. 

La prétendue «rasd» «ne remplit pas les critères de reconnaissance tels qu'ils sont établis par le cadre juridique international», a affirmé le ministère dans un communiqué publié sur son site Internet. 

«Toute reconnaissance de la «rasd» est de nature à compromettre les efforts» consentis sous l'égide de l'Onu pour trouver une solution à la question du Sahara, a souligné le ministère, rappelant qu'aucun pays de l'Union européenne ne reconnaît la prétendue «rasd» comme Etat indépendant. 

Faisant référence à la motion présentée au Parlement suédois par des partis de l'opposition appelant le gouvernement à reconnaitre la pseudo «rasd», le ministère a rappelé que les questions de politique étrangère relèvent du seul ressort du gouvernement et non du parlement. 

«En Suède, c'est le gouvernement qui décide en matière de reconnaissance d'un Etat», a souligné le ministère, réitérant le soutien de Stockholm aux efforts des Nations unies visant à trouver une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara.   

Publié le : 07.12.2012 - 08h16 - MAP

07/12/2012