Tindouf : Deux militantes sahraouies appellent l’ONU à lancer une enquête

« Nous demandons à ce qu’un mécanisme soit mis en place pour enquêter sur les détournements de l’aide afin de mettre un terme au marchandage des souffrances des Sahraouis »

Deux militantes issues des provinces du sud ont appelé les Nations unies à diligenter, sans délai, une enquête sur le détournement des aides humanitaires destinées aux populations des camps de Tindouf, dans le sud algérien.

Cet appel a été lancé le 16 mars devant le Conseil des droits de l’Homme (CDH) de l’ONU réuni en plénière à Genève pour sa 28ème session ordinaire.
« Nous demandons à ce qu’un mécanisme soit mis en place pour enquêter sur les détournements de l’aide et en assurer le contrôle afin de mettre un terme au marchandage des souffrances des Sahraouis », a déclaré Raaboub Abhai, qui est intervenue au nom de l’ONG Victorious Youths Movement.

Elle a, dans ce sens, évoqué les révélations de l’Office européen de lutte anti-fraude (OLAF) sur les détournements massifs et systématiques de l’assistance alimentaire accordée par l’UE aux familles sahraouies. « Cette aide est pour l’essentiel détournée dès l’arrivée des chargements au port algérien d’Oran avant son écoulement sur les marchés mauritanien et malien », a ajouté Raaboub qui a cité un récent rapport de l’OLAF.

Le document de l’office européen, a-t-elle fait observer, lève le voile sur la tragédie d’un pan entier des habitants des camps de Tindouf, surtout les catégories vulnérables, les femmes, les enfants et les handicapés qui dépendent entièrement de l’aide internationale.

« Il est lamentable de constater que même l’équipement médical et les chaises roulantes offerts aux personnes nécessiteuses ne parviennent que rarement aux camps », a estimé Raaboub.
Dans le même sillage, la militante Nawal Bouja a exhorté la communauté internationale à intervenir d’urgence pour permettre l’accès des ONG et des instances concernées de l’ONU dans la zone de Tindouf.

17/03/2015