Tindouf : Une famille séquestrée s'inquiète pour son fils arrêté pour terrorisme au Mali !

Le bureau du Haut-commissariat aux droits de l’Homme à Tindouf a été saisi par la famille d’un ex-élément de «l’armée» du Polisario, arrêté au Mali alors qu’il combattait aux côtés du «Mujao». Le sort de cet ex-polisarien converti à l’activité terroriste reste inconnu.

Plus de nouvelles du dénommé Lahbib Ould Mohamed Mouloud Ahbabi, ex-élément du front «Polisario» devenu, en février 2012, membre du Mouvement unicité et jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), s’inquiète sa famille. Dans une lettre au bureau du HCR-Tindouf, la famille Ahbabi confie avoir perdu toute trace de son fils, alors que ce dernier «procédait régulièrement à l’envoi à ses proches de lettres à partir de son lieu de détention» à Gao, au nord du Mali, où il a été arrêté aux côtés de plusieurs jihadistes du MUJAO, créé en 2011 par le terroriste mauritanien Hamada Ould Mohamed Kheirou.

«Lahbib Ahbabi avait été arrêté par l’armée malienne lors d’affrontements survenus au nord du Mali contre les groupes terroristes», certifie la famille, dans sa supplique au bureau du HCR à Tindouf, en sollicitant «l’aide» de ce dernier pour «l’obtention d’informations sur le sort de son fils».

100 éléments du Polisario ont rallié Aqmi et le Mujao
Bien sûr, le dénommé Lahbib Ahbabi n’est pas un cas isolé. Ce cas met en évidence l’attrait préoccupant qu’exercent de plus en plus les groupes terroristes sur les jeunes séquestrés de Tindouf, dont des éléments de la soi-disant «armée» du front Polisario.
L’enlèvement, dans la nuit du 22 au 23 octobre 2013, de deux humanitaires espagnols et une italienne à proximité du siège de la présidence de la pseudo-«RASD» illustre parfaitement cette conversion inquiétante des éléments du Polisario à l’activité terroriste. Cet enlèvement spectaculaire, revendiqué par le sinistre Mujao, n’aurait pu avoir lieu si ce mouvement terroriste ne comptait pas des complices à Tindouf. Cette opération avait aussi été l’œuvre de complices évoluant au sein du Polisario, dont Mamina Laghfir Ould Abdelaziz Ould Ahmed Baba et Aghdafna Hamada Ould Ahmed Baba. Ces derniers avaient bel et bien agi de connivence avec le baron de la drogue sahraoui Mohamed Ould Mheidi alias « Rubio », membre de la famille de Mohamed Ould Laâkik, qui n’est autre qu’un cadre de la sécurité du Polisario.

Selon les dernières statistiques, environ une centaine d’éléments du Polisario combattraient aux côtés des groupes terroristes évoluant au nord du Mali, notamment Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement unicité et jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). Autant dire qu’Alger, sponsor officiel du Polisario, œuvrerait pour la «réconciliation inter-malienne» !

22/04/2015