US in Tindouf

L’ambassadrice des Etats-Unis à Alger, en poste depuis 2014, a créé la surprise ce dimanche 26 février. Elle était sur le tarmac de l’aéroport de Tindouf pour souhaiter la bienvenue à une délégation du Congrès en visite chez le Polisario.

 

Une délégation américaine, conduite par le sénateur Républicain James Inhofe, se trouve depuis dimanche 26 février, dans les camps de Tindouf. «La mission est composée de cinq membre du Congrès et d’autres conseillers des parlementaires», nous confie une source. Si plusieurs médias algériens ont mentionné l’arrivée de dix congressmen, l’agence de presse Polisario a cependant confirmé le chiffre avancé par notre source.

 

Brahim Gali a en effet reçu, hier soir, justement les cinq parlementaires. C’est la première visite du genre sous l’administration Trump. Le timing du déplacement est hautement symbolique pour le Polisario, coïncidant avec le lancement des festivités commémorant le 41e anniversaire de l’autoproclamation de la «RASD».

 

L’ambassadrice américaine à Alger en vedette

 

L’arrivée de la délégation US dans les camps ne constitue pas une surprise. En 2016, le lobby pro-Polisario a réussi à envoyer sur place deux missions composées essentiellement d’assistants de congressmen, respectivement en janvier et fin mai (précisément le jour même de l’annonce du décès de Mohamed Abdelaziz dans une clinique aux Etats-Unis).

 

Cependant c’est la présence de l’ambassadrice des Etats-Unis en Algérie sur le tarmac de l’aéroport de Tindouf (sous souveraineté algérienne) qui a créé la surprise. Mme. Joan A. Polaschik était à côté d’un haut représentant du Polisario venu souhaiter la bienvenue aux députés, sénateurs et leurs conseillers.

 

Une présence qui n’est pas sans soulever des interrogations. Sommes-nous face à une initiative personnelle ou d’une décision préparée avec sa hiérarchie directe, à savoir le nouveau Secrétaire d’Etat Rex Tillerson ?

 

Pour mémoire, il y a un an et quelques jours, Mme. Polaschik s’était déjà rendue chez le mouvement séparatiste. Vêtue d’une «Melhfa», l’habit traditionnel des femmes sahraouies, elle avait pris la tête d’une délégation de diplomates américains du Département d’Etat venus sur place évaluer les dégâts provoqués par les inondations qui avaient frappé les camps en octobre 2015.  

 

C’est à la suite de ce déplacement que les services de John Kerry s'étaient montrés très généreux avec la direction du Polisario en lui accordant une aide de quatre millions de dollars.

27/02/2017