La tribu sahraouie Ait Lahcen a salué l'adoption, mardi dernier, de la résolution 2152 du Conseil de Sécurité de l'ONU, prorogeant pour une année le mandat de la Minurso, sans modification de sa mission. Lors d’une réunion extraordinaire, samedi à Laâyoune, les chioukhs, les femmes et les jeunes de la tribu ont affirmé que l’unanimité de la communauté internationale autour de cette résolution constitue "une victoire pour le Maroc et une confirmation de la volonté sérieuse du Maroc de régler définitivement le conflit artificiel autour du Sahara". Dans un communiqué rendu public au terme de cette réunion, la tribu a souligné que cette résolution est une reconnaissance claire des efforts consentis par le Maroc en matière de consolidation et de protection des droits de l’Homme sur l’ensemble du territoire national, et particulièrement dans les provinces du sud du Royaume". Louant la volonté et la sage conduite de SM le Roi Mohammed VI et l’efficacité de la diplomatie marocaine dans la gestion de ce dossier, la tribu Ait Lahcen a réitéré son soutien à l’Initiative marocaine d'autonomie dans les provinces du sud sous la souveraineté du Royaume, comme solution unique du conflit artificiel autour du Sahara. Intervenant à cette occasion, le cheikh de la tribu Ait Lahcen, Abdellah Salhi, a indiqué que cette résolution met en échec les manœuvres désespérées des ennemis de l’intégrité territoriale, confirme la fiabilité et le sérieux de la proposition d’autonomie et salue les efforts sincères et crédibles du Maroc pour aller de l’avant dans le règlement de ce conflit artificiel. Il a également souligné les grands chantiers de développement et les réalisations que connaissent les provinces du sud qui illustrent la forte adhésion du Royaume dans le processus d’édification démocratique, saluant le nouveau modèle de développement des provinces du sud, élaboré par le conseil économique, social et environnemental sur instructions de SM le Roi Mohammed VI et qui est de nature à baliser le terrain pour la régionalisation avancée et une gouvernance locale à la hauteur des attentes de la population et en harmonie avec l’identité et la spécificité de la région. Le conflit du Sahara dit occidental, rappelle-t-on, est un conflit imposé au Maroc par l'Algérie qui finance et qui héberge sur son territoire à Tindouf le mouvement séparatiste du polisario. Le polisario, soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d'un Etat factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire régionale.(MAP).

05/05/2014