La police marocaine a expulsé hier deux militants espagnols et une Salvadorienne qui n’étaient pas autorisés à atterrir à Laâyoune, selon l'agence EFE. Ils devaient participer à une conférence sur la mémoire historique organisée par l'Association sahraouie des victimes des violations des droits de l'homme (ASVVDH), la seule organisation du mouvement indépendantiste sahraoui que le Maroc a reconnue comme légale.

L'Espagnol Carlos Martin Beristain a dû repartir à bord du même avion qu’il avait pris à Las Palmas, sur les îles Canaries. La police a donné la possibilité aux deux autres, Arantza Chacón et Gloria Guzman, de rester dans la zone d'embarquement pendant la nuit ou d’aller dormir dans un hôtel à l'intérieur de l'aéroport, jusqu'à ce qu'ils puissent rentrer avec une autre compagnie aérienne. Pendant ce temps, leurs passeports et bagages ont été confisqués.

Carlos Martin Beristain et Gloria Guzman travaillent pour l’Institut basque d'études pour la coopération et le développement à l’Université du Pays Basque, tandis que Arantza Chacón appartient au réseau basque de soutien aux femmes sahraouies. « C’est une arrestation illégale, on ne nous a pas informés. Ils ne se sont ni identifiés à nous, ni présenté aucun écrit. Ils se sont contentés de nous dire que nous étions « ‘non grata’ », a réagi cette dernière. Aucune source marocaine n’a statué sur les faits jusqu'à présent.

11/10/2016