Rex Tillerson moussa faki

Alors qu'il était à New-York la semaine dernière pour défendre les intérêts africains, mais surtout ceux d'Alger et du Polisario, Moussa Faki Mahamat voulait en profiter pour se rendre à Washington. Sauf qu'à la dernière minute, Rex Tillerson a tout annulé. 

 

Alors qu'il était à New-York la semaine dernière pour défendre les intérêts africains, mais surtout ceux d'Alger et du Polisario, Moussa Faki Mahamat voulait en profiter pour se rendre à Washington. Sauf qu'à la dernière minute, Rex Tillerson a tout annulé. 
Pour Moussa Faki Mahamat, le tout nouveau président de la Commission de l'Union africaine, la fin de semaine dernière a été éprouvante et surtout très humiliante. En effet, l'homme réputé plutôt proche d'Alger, était aux Etats-Unis pour aborder les questions fondamentales du continent africain, tout en ayant dans ses valises un programme d'intense lobbying au profit du Polisario. Il a rencontré Antonio Guteres, le nouveau secrétaire général des Nations unies à New York et devait se rendre à Washington, sur invitation de Rex Tillerson, le secrétaire d'Etat américain.  
Selon certaines sources, il voulait amadouer Guteres en faisant infléchir sa position concernant la question du Sahara. Ce dernier, faut-il le rappeler, a purement et simplement demandé au Polisario de se retirer illico de Guerguerat où il campe encore avec une douzaine de soldats, régulièrement relevés. 
 
Guteres droit dans ses bottes
 
Cependant, Guteres ne s'est pas pris dans le jeu de l'ex-ministre des Affaires étrangères tchadien. Dans le communiqué final de leur rencontre, tout y figure, mais pas une seule ligne concernant la question du Sahara marocain. Donc, premier échec, mais pas encore d'humiliation. 
 
Le camouflet viendra surtout de Rex Tillerson. Car, durant toute la semaine, l'équipe du Département d'Etat a maintenu un silence radio. Pendant ce temps, Faki Mahamat espérait, sans rien voir venir. 
 
Ce n'est qu'à la dernière minute qu'il apprendra que Rex Tillerson avait beaucoup mieux à faire que de le recevoir. Erreur diplomatique de l'Américain, quand on sait que l'Afrique est de plus en plus courtisée par les puissances? En tout cas le secrétaire d'Etat américain semble assumer son geste. Il a simplement proposé à Mahamat d'être reçu par des membres de son département. Ce que le Tchadien a décliné, rentrant sur les talons à Ndjamena. 
 
Cet incident est largement commenté sur la toile. Pour sa part, l'ambassadrice de l'Union africaine à Washington a voulu calmer le jeu dans un article de Business Insider publié hier 25 avril, affirmant que "mes contacts au niveau du département d'Etat ont été très attentifs et ont fait de leur mieux". Et d'ajouter: "nous devons être au-dessus de pareilles situations". Mais, c'est évident que Arikana Chihombori est tenue par la réserve diplomatique et ne peut pas laisser exploser sa colère.  
 
"Indignés"
 
C'est plutôt Reuben Brigety, l’ex-ambassadeur des Etats-Unis auprès de  l'Union africaine qui apporte un décryptage plus crédible de ce qui s'est passé. "Les responsables de l'Union africaine ont été indignés", a-t-il laissé entendre dans le même article. Sauf que pour lui, c'est une erreur manifeste de l'administration Trump. "C'est ridicule, particulièrement au moment où les Africains sont de plus en plus conscients de leurs choix en termes de partenariats à travers le monde. 
 
Quoi qu'il en soit, les réseaux sociaux ne pouvaient pas laisser une occasion aussi belle pour titiller Moussa Faki Mahamat. La meilleure est sans doute celle venue d'un compte parodique de Rex Tillerson sur Twitter. "Il paraît que le président de la Commission de l'Union africaine est fou furieux contre moi, maintenant. Je leur conseille la chose suivante: Ne soyez pas en colère contre moi, vous vivez dans un désert. Rien ne pousse la-bas. Oust!", dit le faux Rex Tillerson. C'est une exacte parodie de l'attitude du secrétaire d'Etat américain vis-à-vis de celui qui rêvait d'utiliser les intérêts de l'Union africaine comme un cheval de Troie, permettant de poser sur la table la question du Sahara.
26/04/2017