La décision de la Cour de justice de l’UE, rendue ce mardi 27 février, a plongé quelque 50 armateurs européens, notamment espagnols, dans le désarroi. Ils attendent la réaction du Maroc pour se prononcer sur cette décision controversée.

 

Le verdict rendu ce mardi par la CJUE, sur la base de «l’avis politisé» du premier avocat général de cette cour, Wathelet Melchior, a fait l’effet d’une douche froide aux armateurs européens, notamment espagnols, autorisés à pêcher dans les eaux du Sahara marocain. Selon l’agence de presse espagnole, EFE, «une cinquantaine de sociétés de pêche européennes attendent désormais la réaction du Maroc» pour se prononcer sur ce verdict controversé. 

 

Citant des sources industrielles, EFE relève que la majorité des licences de pêche actuelles émises par le Maroc appartiennent à des navires espagnols. 

 

La même source qui déplore cette décision, rappelle que le précédent verdict de la même CJUE avait motivé «une forte réaction» du Maroc, qui avait ordonné la sortie immédiate de ses eaux de tous les navires européens.

 

28/02/2018