Le président algérien, qui ne s'est pas adressé à son peuple depuis 2012, a subitement retrouvé des "forces" pour "évoquer" avec l'Envoyé personnel du SG de l'ONU, Horst Köhler, hier lundi 23 octobre à Alger, la question du "peuple sahraoui opprimé"! Décryptage.

 

Le peuple algérien frère peut crever tranquillement... Bouteflika n'a d'yeux que pour "le peuple sahraoui opprimé"! C'est le message qui ressort de la réapparition, mutique et éclair, de ce président qui ne s'est pas adressé à son peuple depuis 2012, au côté de l'Envoyé personnel du SG de l'ONU, Horst Köhler, hier lundi 23 octobre, à Alger. Pas besoin de reprendre ce que l'on a dit et redit au sujet de l'état de santé de ce président, tassé dans son fauteuil roulant depuis son Accident vasculaire cérébral (AVC), diagnostiqué en 2013 à l'hôpital militaire du Val -de-Grâce, à Paris, et qui lui a fait perdre toute capacité de motricité et d'élocution. Les images retransmises, hier, par l'ENTV (télévision publique algérienne), confirment en effet l'invalidité de ce président incapable de remuer ses paupières, à plus forte raison ses lèvres pour placer la moindre parole. 

Malgré la maladie, le président Bouteflika, à moitié paralysé (partie gauche du corps complètement inerte), a subitement retrouvé des "forces" pour accueillir en audience l'ancien président allemand, en tournée depuis le 16 octobre dans la région pour tenter de relancer des négociations bloquées depuis 2012. Sa compatriote, la chancelière allemande, Angela Merkel, a dû, quant à elle, renoncer in extremis à son voyage qui était prévu le 20 février 2017 à Alger  pour rencontrer "fakhamatohou" Bouteflika, sous prétexte que ce dernier était "grippé"!

 

Au diable les intérêts de l'Algérie, ou ce qu'il en reste, ce qui compterait aux yeux de Bouteflika et des généraux tapis dans la luxueuse station balnéaire du Club des Pins, ce sont ceux du "peuple sahraoui opprimé"!

Vraiment? Pas sûr. C'est le Maroc, particulièrement son intégrité territoriale, qui est visé par les apparatchiks algériens. Ces derniers, à leur tête son "excellence monsieur le président de la République démocratique et populaire d'Algérie", sont prêts à tout dès qu'il s'agit de nuire aux intérêts de leur voisin de l'Ouest. Quitte à vouer aux gémonies leur pays et son peuple, qui est au bord du naufrage.

 

24/10/2017