Un colonel des services extérieurs algériens vient de recevoir à son bureau, à l’ambassade d’Alger à Rabat, deux activistes pro-séparatistes poursuivant leurs études à l’université «Ibn Zohr», à Agadir. Détails.

 

Alger franchit un nouveau palier dans son complot contre l’intégrité et la stabilité du Royaume du Maroc. Sauf que cette fois-ci, c’est à l’intérieur du territoire marocain que le voisin de l'Est s'est permis de le faire. En effet, un colonel des services algériens des renseignements extérieurs, en poste à l’ambassade d’Alger à Rabat, vient de recevoir deux étudiants sahraouis répondant aux initiales «B.K» et «M.D», apprend le360 auprès de sources sûres.

 

Selon les mêmes sources, les deux étudiants originaires des provinces sahariennes poursuivent leurs études à l’université «Ibn Zohr», à Agadir, théâtre de violents affrontements perpétrés dernièrement par les «séparatistes de l’intérieur». La rencontre d'un haut gradé algérien avec deux étudiants sahraouis porte à croire que les affrontements à l'université d'Agadir sont orchestrés en parfaite intelligence avec des officiers algériens en poste à l’ambassade de leur pays à Rabat.

 

D’après les informations recueillies par le360, l’activiste «B.K» avait mené des campagnes de mobilisation parmi les étudiants pro-Polisario pour manifester en signe de soutien aux personnes impliquées dans les événements de Gdeïm Izik, tout comme il avait coordonné avec des séparatistes les préparatifs des actions de protestation organisées devant la Cour d’appel de Marrakech, concomitamment au déroulement des audiences du procès des étudiants sahraouis pro-séparatistes, impliqués dans l’homicide volontaire de l’ex-étudiant amazigh Omar Khalek.

 

Le dénommé «B.K» est également réputé être un fidèle habitué de la soi-disant «université des cadres du Polisario», organisée chaque mois d’août dans la wilaya algérienne de Boumerdes. Un rendez-vous auquel assiste aussi régulièrement ce haut gradé des services extérieurs algériens, accrédité à l’ambassade d’Alger à Rabat.

 

La rencontre de cet officier algérien avec les deux sahraouis pro-séparatistes est d’autant plus dangereuse qu’elle a eu lieu au cœur du Royaume du Maroc. Elle démontre que le voisin de l’Est a violé tous les us diplomatiques reconnus internationalement et prouve encore une fois l’implication des services algériens dans l’entreprise de sape menée, inlassablement, contre les intérêts supérieurs du Royaume du Maroc.

 

Pour précision, la rencontre de l’officier des services algériens avec les étudiants pro-séparatistes intervient quelques jours à peine après les événements sanglants ayant secoué le campus universitaire d’Agadir. Le recours des services algériens à la manipulation d’étudiants pour leur activisme séparatiste et d’agitation, notamment dans le contexte d’un bras de fer avec une faction estudiantine amazighe, édifie à tous points de vue sur la volonté certaine du régime algérien de semer le désordre dans le Royaume du Maroc.  Et compte tenu de ce développement extrêmement dangereux, les autorités marocaines doivent agir avec la plus grande fermeté face à un voisin qui ne peut se permettre de jouer impunément avec la stabilité de ses voisins.

 

Par M'Hamed Hamrouch

 

01/06/2018