L'arrêt du tribunal européen sur l'accord agricole entre le Maroc et l'Union européenne (UE) ne reflète pas les bonnes relations entre les deux parties ni la position de l'Union vis-à-vis de la question du Sahara. C’est ce que pense l’expert expagnol Xavier Kacho.

Selon l’expert espagnol en relations internationales Xavier Kacho, l’arrêt du tribunal sur l’accord agricole entre le Maroc et l’Union européenne ne reflète pas la position de l’Union européenne vis-à-vis du Sahara.

L'union européenne est mise à une rude épreuve qui engage sa crédibilité et ses intérêts stratégiques qui vont au-delà des accords, a ajouté M. Kacho dans une déclaration à la MAP en marge d'un atelier organisé à Barcelone sur les relations de l'UE avec les pays du sud de la Méditerranée.

Ce professeur dans plusieurs universités espagnoles et européennes a souligné, en outre, que Bruxelles peut régler cette procédure à travers le recours contre l'arrêt du tribunal européen.

Il a estimé que l'Europe est invitée à faire preuve de sagesse pour éviter les doubles positions de ses institutions, qualifiant d'"inacceptable" le fait que le Tribunal européen prononce un arrêt portant atteinte non seulement à la crédibilité du processus de prise de décision européen, mais aussi aux intérêts économiques du Vieux continent.

Faisant observer que cette décision intervient à un moment où l'Union connaît des problèmes au niveau des relations intereuropéennes et avec des parties tierces, M. Kacho a estimé que cet arrêt est intervenu probablement à cause d'une méconnaissance de certains éléments de la coopération globale entre le Maroc et l'Union européenne dans les différentes domaines.

Tous les indices montrent que l'Union européenne est consciente de la grande importance que revêt le Maroc en tant que pays émergent "sérieux et crédible", a-t-il relevé, exprimant son souhait que cette décision "injuste" soit annulée.

Et d'ajouter que le Royaume est un acteur fondamental dans la région méditerranéenne qui jouit d'une grande stabilité, tout en étant engagé dans des chantiers stratégiques d'envergure visant à garantir le bien-être de sa population.

Le ministère des Affaires étrangères et de la coopération avait affirmé, vendredi dans un communiqué, que le Maroc, qui a pris connaissance de l'arrêt du Tribunal européen au sujet du recours introduit contre l'accord agricole entre le Maroc et l'Union européenne, exprime son étonnement de cette décision et s'attend à ce que l'Union européenne prenne les mesures appropriées en vue de trouver une issue définitive à cette procédure.

14/12/2015