Madrid - Le pouvoir algérien, à travers le discours lu au nom du président Abdelaziz Bouteflika, lundi lors de la réunion d'Abuja, "s'emploie à détourner l'attention des citoyens et à éviter les véritables problèmes qui minent le pays", a affirmé, jeudi, l'écrivaine et journaliste espagnole, Yolanda Aldon.

"Il s'agit clairement d'une diversion du gouvernement algérien pour détourner l'attention des citoyens et occulter les véritables problèmes que connait le pays", a souligné la journaliste espagnole dans une déclaration à MAP-Madrid, suite à la décision du Maroc de rappeler son ambassadeur à Alger pour consultation. 

 

Elle a fait observer que le gouvernement d'Alger "utilise le même outil, comme d'habitude", en s'en prenant au pays voisin, en vue d'occulter les problèmes internes que connait l'Algérie. 

 

L'écrivaine, appelée "poétesse des deux rives", a ,à cet égard, tenu à rappeler que la résolution des Nations Unies relative à la Minurso, adoptée en avril dernier, est claire et n'a pas fait mention à un élargissement de la compétence de cet organisme. 

 

Yolanda Aldon qui, en un an, a publié deux ouvrages, dont le dernier "Palabras quebradizas" (Kalimat hacha), édité en espagnol et en arabe, avait participé à la conférence internationale organisée du 17 au 19 avril dernier sur "l'image médiatique du Maroc en Espagne", à laquelle ont pris part des journalistes et universitaires des deux pays voisins. 

 

Collaboratrice auprès de l'Institut Cervantes du nord au Maroc, la journaliste avait été désignée responsable pour l'Espagne et le Maroc du Comité International d'appui à la candidature du peuple syrien pour le prix Nobel de la Paix. 

 

A signaler que le Maroc a décidé de rappeler en consultation, mercredi, son ambassadeur à Alger suite à la multiplication des actes de provocation et d'hostilité de l'Algérie à l'égard du Royaume, notamment s'agissant du différend régional au sujet du Sahara marocain. 

 

Le conflit du Sahara dit ''occidental'' est un conflit artificiel imposé au Maroc par l'Algérie. Le ''Polisario'', un mouvement séparatiste soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d'un Etat factice au Maghreb. 

 

Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une solution du conflit basée sur une autonomie avancée dans un cadre souverain marocain et une intégration économique et sécuritaire régionale.

 

01/11/2013