a participation de Christopher Ross, l'envoyé personnel du SG de l'ONU pour le Sahara, à une rencontre au siège des NU, soutenant la thèse du Polisario, constitue, "une première dangereuse en ce qui concerne la neutralité des envoyés onusiens vis-à-vis des conflits régionaux", écrit le journal +Rissalat Al Oumma+.

Dans son éditorial de ce lundi, le journal souligne que la présence de Ross et son intervention lors de cette conférence hostile au Maroc, confirme les doutes quant à la transparence et la neutralité de l'envoyé personnel du SG de l'ONU dans le dossier du Sahara, ce qui conforte la décision prise par le Maroc en juin 2012 de lui retirer sa confiance à cause de son parti pris en faveur des autres parties en conflit.

Le journal relève que jusqu'à présent, Ross n'a pas fait montre d'une volonté réelle pour parvenir à des résultats tangibles, à travers ses tournées marathoniennes dans la région et dans plusieurs capitales européennes, ou lors de négociations directes ou informelles, soulignant que Ross était derrière l'échec du processus des négociations depuis sa nomination à ce poste.

L'éditorialiste de +Rissalat Al Oumma+ rappelle que le Maroc est resté attaché à l'ouverture sur les efforts onusiens que ce soit avec Ross ou avec ses prédécesseurs et qu'il a toujours respecté ses engagements à coopérer avec la communauté internationale, comme il a présenté une proposition politique audacieuse (Autonomie élargie), qui a été accueillie favorablement au plan international en tant que solution politique réaliste au conflit factice du Sahara.

Le journal conclut que Ross n'a malheureusement pas saisi cette opportunité historique offerte par le royaume et a, contraire, préféré de s'aligner sur l'autre partie faisant fi des résolutions des Nations unies.

11/03/2013