Pour le Maroc, «beaucoup de politique et peu d'arguments» dans le verdict de la CJUE

Pour le Maroc, «beaucoup de politique et peu d'arguments» dans le verdict de la CJUE

Le Maroc voit «beaucoup de politique et peu d'arguments» dans la décision, rendue ce mercredi par le Tribunal de l’Union européenne, annulant les accords de pêche et d’association entre le royaume et l’UE. Selon des sources diplomatiques citées par l’agence espagnole EFE, le Maroc espère que ces arguments seront «contestés et rectifiés avec l'aide des institutions européennes».

Les mêmes sources estiment que le tribunal a rendu sa décision «sur des considérations plutôt politiques qui n'ont rien à voir avec les accords et leur contenu». Elles critiquent le fait que le jury «soit composé pratiquement des mêmes juges» ayant statué en 2015 sur la question et rendu un verdict annulant les accords dans un premier temps. «Malheureusement, ils prouvent la même méconnaissance en la matière», indiquent-elles à ce propos.

Les sources du ministère marocain des Affaires étrangères pointent aussi des «contradictions», des «ambiguïtés» et des «incohérences» dans la manière dont le tribunal accorde «la personnalité juridique au Front Polisario». «Nous ne sommes pas surpris, ce n'est pas la première fois, nous avons déjà vu cela auparavant de la même manière, c'est plutôt une guerre politique avec un déguisement juridique», dénoncent-elles.

Cependant, elles espèrent que les accords iront de l'avant et qu'il s'agit d'un «aspect temporaire». «Nous pensons que cette décision sera rectifiée, comme cela s'est produit auparavant», ajoutent-elles. Le Maroc «compte sur les institutions européennes et les pays de l'UE pour résoudre cette question».