L’Algérie se retire à nouveau d’une réunion des Douanes à cause d'une carte du Maroc incluant le Sahara

الجزائر تنسحب من اجتماع إقليمي بسبب خريطة المغرب الكاملة

L’Algérie et ses responsables continuent de faire campagne contre les cartes géographiques représentant le Maroc avec son Sahara. Ainsi, sa direction générale des Douanes (DGD) a annoncé, dimanche, s’être retirée de la 55ème réunion régionale de directeurs des Douanes de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (MENA), suite à la présentation de «cartes annexant le Sahara occidental au Maroc».

Dans un communiqué relayé par l’agence APS, la douane algérienne a expliqué que Noureddine Khaldi, directeur général des douanes, s'est retiré de ladite rencontre dès la présentation, par le Bureau régional de liaison chargé du renseignement pour l’Afrique du Nord (BRLR) desdites cartes. «Dès la présentation des rapports des bureaux régionaux d'échange du renseignement pour l'exercice 2021, le directeur général des Douanes a fait une intervention officielle, par laquelle il a exprimé la protestation officielle et le rejet catégorique de la délégation algérienne du contenu de l’exposé présenté par le BRLR/Afrique du Nord, sis au Maroc, dans le cadre des travaux de la réunion», indique le communiqué de la DGD.

Celle-ci explique que l’exposé «comportait une nouvelle fois des cartes illégales montrant l'annexion du territoire de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) au Maroc, en violation de la légalité internationale et des résolutions et recommandations pertinentes de l’ONU». «M. Khaldi a catégoriquement rejeté la manipulation honteuse à laquelle recourt le Maroc pour porter atteinte de manière flagrante à la légalité internationale dans un forum international qui vise à renforcer les cadres de la coopération entre les administrations douanières», ajoute le communiqué.

Un boycott dans le sillage de la guerre algérienne contre les cartes complètes du Maroc

La DGD algérienne a ainsi pointé des «tentatives visant à promouvoir des cartes illégales» et «la tentative marocaine d'exploiter le siège du BRLR comme une des structures régionales de l'Organisation mondiale des douanes (OMD), dans le but de répandre ces assertions». «Ces tentatives interviennent malgré le fait que le rapport annuel 2020-2021 de la même organisation internationale met en évidence dans son contenu les cartes légales internationalement reconnues, qui montrent clairement les frontières internationales séparant le territoire de la RASD et le Maroc», conclut l’administration algérienne.

Ce n’est pas la première fois que Noureddine Khaldi se retire pour protester contre des cartes du Maroc avec son Sahara. Mardi 6 avril 2021, la délégation algérienne s'est retirée de la réunion régionale virtuelle des Douanes de la région MENA, organisée à Rabat. Le directeur de la Douane algérienne avait alors protesté contre la présence de cartes complètes du royaume dans la salle accueillant la rencontre, exigeant de les retirer immédiatement, mais sa colère n’a pas été prise en considération par les autres participants.

Cette décision constituait déjà la première exécution de l’ordre donné, fin février, par le ministère algérien des Affaires étrangères. En effet, Sabri Boukadoum, alors chef de la diplomatie algérienne, avait appelé les universitaires de son pays à s’opposer «à la diplomatie des cartes au service de l'intégrité territoriale» et visant, selon son département, à «répandre à travers le monde les cartes du Royaume du Maroc incluant le Sahara Occidental». La diplomatie du voisin de l’Est avait annoncé à l’époque que «le gouvernement algérien a élaboré un plan de lutte contre la propagande marocaine pour légitimer son occupation du Sahara occidental».

D’ailleurs, l’adoption par la Ligue arabe, en décembre dernier, d’une carte complète du Maroc avait fait sortir de ses gonds Amar Belani, l’envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental et des pays du Maghreb.