El Guerguerat: le pitoyable monologue du Polisario

 Isolé sur la scène internationale, intimidé et rappelé à l’ordre par l’ONU pour ses provocations dans la zone d’El Guerguerat, le Polisario n’a trouvé d’autre échappatoire que se fendre d’un misérable communiqué, sous forme de monologue pitoyable. Les détails.

 

Après le cinglant camouflet qui lui a été infligé par l’ONU suite à ses dernières provocations dans la zone d’El Guerguerat, le Polisario s’est affolé en se fendant d’un communiqué devenu la risée des réseaux sociaux dans les camps de Tindouf et ailleurs.

 

Acculé au mur et voulant sauver «la face» dans les camps et faire croire aux séquestrés que «la cause» est toujours défendue, le Polisario a montré qu’il agonisant plus que jamais en cherchant à justifier le retrait de ses milices de la zone d’El Guerguerat. Le fameux communiqué, sous forme d’un pitoyable monologue, n’a trouvé de relais qu'auprès de l’agence officielle algérienne, fait remarquer le quotidien Al Ahdath Al Maghrebia dans son édition du mardi 29 septembre.

 

«Le front Polisario et le gouvernement sahraoui ont mis en garde contre la stratégie d'escalade marocaine qui menace la sécurité et la stabilité dans la région, appelant le Conseil de sécurité à réagir clairement face à cette grave manœuvre qui met en péril le droit inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination», a fait croire l’agence officielle algérienne, APS, qui n’a pas trouvé d’autres formules pour camoufler l’isolement fatal des dirigeants du Polisario.

 

L’agence parle ainsi du «front Polisario» et du «gouvernement sahraoui» pour laisser entendre que les deux entités ont coordonné leurs actions pour faire face à une situation. «Le front Polisario et le gouvernement sahraoui "alertent la communauté internationale, l'ONU et la MINURSO sur la dangereuse stratégie d'escalade de l'occupation marocaine qui menace la sécurité et la stabilité dans la région"».

 

Et d’appeler, sans coup férir et sans avoir froid aux yeux, le Conseil de sécurité à «réagir clairement face à cette grave manœuvre qui met en péril le droit inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance». Le communiqué-monologue a été attribué à ce que l’agence algérienne appelle «le ministère sahraoui de l’Information» pour faire croire que le texte émane d’une structure étatique ayant des institutions. 

 

Dans une tentative désespérée de passer à l’attaque, les deux entités fantomatiques ajoutent que «chaque fois que la question sahraouie est sur la table du Conseil de sécurité ou devant l'ONU, comme c'est le cas actuellement, le régime marocain accélère son escalade et tente de faire passer ses plans hostiles en avançant de faux prétextes». Alors que c’est pratiquement le contraire qui relève de la réalité.

 

En effet, chaque fois que le dossier de la question du Sahara marocain est devant l’instance onusienne, le Polisario monte au créneau pour orchestrer des manœuvres dans la zone d’El Guerguerat afin de faire des bruits médiatiques destinés à la consommation locale. Surtout que les dirigeants du Polisario sont sur la sellette comme le montrent les tensions qui ne cessent de monter dans les camps de Tindouf. Et cette fois, leur manœuvre dans la zone d’El Guerguerat les a conduits directement dans le mur. La thèse s’est effritée.

 

Par Mohamed Younsi