Des officiers de la MINURSO trahissent leur mission. Du déjà vu !

L’information est tombée tel un couperet suite à la diffusion, le 15 mars 2021, dans de nombreux quotidiens et sur Internet du retournement d’un agent onusien opérant au sein de la MINURSO par les Services algériens de Renseignement.

Cette fonctionnaire de la mission onusienne, prénommée Angelica, avait pour mission essentielle, en plus de coordonner avec les terropolisariens résidant au Sahara marocain, de remonter toute information collecter par la MINURSO et elle-même à ses recruteurs, sis à Alger.

Pour ce faire, cette fonctionnaire onusienne avait constitué une cellule d’espionnage formée de 04 membres dont l’objectif était de créer un relais efficace entre l’Algérie et les terropolisariens de l’intérieur du Maroc mais aussi de fournir au Service Secret algérien des renseignements en tout genre.

A noter que les 04 membres de cette cellule étaient la fonctionnaire de la MINURSO, dite Angelica, sa sœur, son beau-frère, ressortissant mauritanien et naturalisé espagnol, et propriétaire d’une auberge dans la région Lalla Takerkoust, proche de Marrakech, et une ancienne fonctionnaire de la MINURSO, dont le Maroc avait obtenu, par le passé, l’exclusion et la reconduction au frontières.

C’est justement dans cette auberge que la cellule avait établi son quartier général et qu’elle recevait régulièrement les polisariens de l’intérieur, loin de Laâyoune et à l’abri des regards indiscrets.

Il a même été établi que ladite fonctionnaire de la MINURSO effectuait des opérations régulières de transfert d’argent en faveur des polisariens de l’intérieur basés à Laâyoune, en contrepartie d’informations et de divers services.

De plus, à partir de ces mêmes documents, il a pu être confirmé que son beau-frère est un agent à la solde des Services de Renseignement algériens et qu’il avait été recruté par Leila Zerrouki, diplomate algérienne, Chef de la Mission de l’ONU au Congo Démocratique (MONUSCO). D’ailleurs, il a été constaté que c’est à travers lui que l’Algérie a pu ainsi recruter Angelica, la fonctionnaire de la MINURSO.

Ce n’est pas la première fois que des éléments de la MINURSO sont impliqués dans des actes pro-polisariens. Mais cette fois, il ne s’agit plus d’actes isolés, mais d’un travail bien structuré et organisé.

C’est un scandale diplomatique digne d’un film d’espionnage impliquant des individus de plusieurs nationalités issus de trois continents, dont un membre actif de la MINURSO.

Farid Mnebhi.