Bouteflika

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a confirmé aujourd'hui dans un message, qu'il prolongerait son 4e mandat au-delà de son terme constitutionnel, le 28 avril, jusqu'à un nouveau scrutin organisé à l'issue d'un processus de révision constitutionnelle.

«Que l'Algérie vive, dans un avenir proche, une transition harmonieuse et assiste à la remise de ses rênes à une nouvelle génération (...) tel est l'objectif suprême que je me suis engagé à concrétiser avant la fin de mon mandat présidentiel, à vos côtés et à votre service», souligne le chef de l'Etat Algérien dans ce message, publié par les médias d'Etat. Son actuel mandat expire constitutionnellement le 28 avril et le président a annoncé le 11 mars qu'il entend remettre ses pouvoirs à un successeur élu lors du scrutin qui sera organisé à l'issue d'une Conférence nationale devant réformer l'Algérie et modifier la Constitution.

 

Devant cette tentative de prise en otage du pouvoir par le Régime actuel en Algérie, la question qui se pose maintenant est la suivante: Quelle sera la réaction de la Conmunauté internationale, notamment l'Union africaine vis-à-vis du Régime mis en place par des forces occultes à Merdaya?

 

Il est à rappeler que l'UA rejette systématiquement toutes les manœuvres visant à imposer tout changement inconstitutionnel de pouvoir dans ses Etats membres et suspend tous les régimes qui dérogent aux règles démocratiques en Afrique.

18/03/2019