algerie bouteflika

La colère des Algériens contre le régime d'Alger s'est exprimée, le 15 mars 2019, dans toute l'Algérie mais aussi à l'étranger, notamment en France le 17 mars 2019.

A Alger, à Oran et à Bejaïa ils étaient plus de 07 millions de personnes à contester le régime du Président Bouteflika et un peu plus du double si l'on y ajoute les autres grandes agglomérations. Une nouvelle démonstration de force, au-delà du rejet de l'offre politique du pouvoir qui consacre définitivement le divorce entre le régime Bouteflika et les Algériens.

La très grande majorité des manifestants à Alger étaient porteurs d'affiches dont la plus marquante fût la réponse aux propositions faite au régime incarné par le clan Bouteflika par de nombreux manifestants à Alger et qui se libelle comme suit "Soldes du Printemps. FLN : fin de série. Système : 2ème démarque. Peuple : nouvel arrivage".

A noter qu'à la fin des grandioses manifestations de ce 15 mars 2019 contre le pouvoir, des policiers anti-émeutes déployés à Alger ont rejoint les manifestants pour fêter, dans une remarquable symbiose, la réussite de la marche millionième contre le système Bouteflika.

Les autres villes algériennes ont connu également d'importants rassemblements comme ce fût le cas à Boumerdès, à Béjaia, à Annaba ou, à Tizi Ouzou ou à Constantine pour dire non au prolongement du quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

Même sur le champ gazier de Hassi R'mel, le plus important d'Algérie, un rassemblement de salariés s'était tenu le 15 mars 2019 ; un secteur des hydrocarbures ultrasensible et stratégique d'où l'Algérie tire la majorité de ses rentrées en devises de ses exportations de pétrole et de gaz.

En France, ils étaient des milliers d'Algériens ou de Français  d'origine algérienne à manifester, le 17 mars 2019, contre le régime d'Alger que ce soit à Paris, où ils étaient plus de 9000 personnes, ou en province comme à Saint-Etienne, Lyon, Bordeaux, Marseille, Nancy, Toulouse, Lille ou Strasbourg et tant d'autres villes sans oublier les villes européennes et d'Amérique du Nord.

A remarquer que de nombreuses pancartes à Alger ont fustigé la France, ancienne puissance coloniale, et son Président Emmanuel Macron qui a "salué la décision du Président Bouteflika", tout en appelant à une "transition d’une durée raisonnable". "C’est le peuple qui choisit, pas la France", proclamait une grande banderole. "L’Elysée, stop ! On est en 2019, pas en 1830", date de la conquête de l’Algérie par la France, rappelait une pancarte.

On peut donc affirmer que les manifestations qui ont secoué l’Algérie sont inédites depuis l’indépendance et, si elles devaient avoir un comparant, ce serait les célébrations de l’indépendance en juillet 1962.

Ni les manifestations du Printemps berbère en 1980 qui étaient circonscrites à la Kabylie et à Alger, tout comme celles de 2001, ni celles d’octobre 1988 réprimées violemment n’ont suscité autant d’union, d’espoirs et de joie. Les manifestations de cette année n’ont pas les mêmes ressorts que celles d’octobre 1988.

A l’époque, c’était essentiellement des jeunes qui manifestaient. Aujourd’hui, c’est toute la société qui se retrouve ; on a vu des poussettes, des jeunes, des personnes âgées. Toutes les couches de la société étaient dans la rue.

Il est temps que les dirigeants construisent leur légitimité, non plus sur des références historiques, mais sur des projets, sur le vivre-ensemble. Mais l’État algérien est-il capable d’assumer une telle révolution et d’en finir avec la réitération des violences coloniales ?

Quoi qu'il en soit, l'heure a sonné pour la jeunesse actuelle algérienne de décider de déraciner ce système qui est en place depuis 1962. En Algérie, la rue, si elle veut, à le pouvoir de tout faire, et elle peut changer n'importe qu'elle décision de ce système corrompu et dictateur !

L'économie est stagnante et le chômage massif en Algérie. Les Algériens ont-ils une âme et ont-ils tiré des leçons de la guerre civile bis ? Espérons qu’ils soient vaccinés de l'islamisme des années 1990 !

C'est pourquoi, à l'heure où la révolte gronde, où le cadre constitutionnel se trouve hypothéqué et où le compromis demeure introuvable le dénouement pourrait venir, non plus d'une nouvelle "brèche dans un cercle" du pouvoir, désormais passée de mode et de culture, mais d'une simple remise en question du soutien apporté par une partie de l'État-Major au pouvoir présidentiel.

En d'autres termes, il s'agit de racheter le péché des "janviéristes", qui avaient annulé en janvier 1992 le deuxième tour des législatives, remettant en selle le scrutin présidentiel dans les meilleurs délais.

Au final, le scénario du pire serait de s’entêter et s’accrocher au pouvoir dans un contexte où le caractère pacifique des protestations est menacé, la répression étant la seule arme du système pour faire taire les Algériens.

Et, au vu de la mobilisation d’aujourd’hui, ceux-ci ne vont certainement pas se taire car ce serait alors un plongeon vers l’inconnu et, sans aucun doute, un retour vers les années noires de l’Algérie. D’autant que certains responsables sont prêts à rester aux commandes de l’Algérie, quitte à sacrifier tous les Algériens.

Farid Mnebhi.

19/03/2019