Dans un langage méprisant le Chef de l’État algérien a annoncé, au siège du Ministère algérien de la Défense, fief de ses parrains, le feu vert accordé à l’armée pour réprimer le mouvement populaire du Hirak et le peuple algérien.

 

Dans son speech haineux adressé, le 02 juin 2020, devant un parterre de généraux algériens et de cadres de l’Armée Nationale Populaire (ANP), il n’a rien trouvé de mieux, pour amuser la galerie, que de promettre de s’attaquer à ces « lobbies », selon sa propre phraséologie, connus pour leurs ramifications et leurs instruments,

 

Le Président de la République algérienne, T.Bone, a également affirmé sa détermination à faire face aux lobbies qui visent l’ANP avec des campagnes «désespérées ». Ces lobbies, selon T.Bone, seraient connus dans leur genèse, leurs extensions, leurs outils et que l’ANP était prête à les contrecarrer.

 

Monsieur T.Bone, le Président soldé par l’armée algérienne, s’est même complu à remonter les fantassins algériens contre le peuple en déclarant que les manifestants s’acharnaient dans leurs manifestations hystériques à porter atteinte au moral des bidasses algériennes. Pour justifier son propos, T.Bone a même sorti deux slogans brandis par le Hirak à savoir « Etat civil, non militaire » et « généraux à la poubelle, l’Algérie aura son indépendance ».

 

Autant dire que cette armée est désormais une ligne rouge que les Algériens ne pourront plus nommer dans la rue. Le Président algérien vient de le signifier sur un ton martial qui laisse supposer que le régime se prépare à réprimer dans le sang le peuple algérien. Ce qu’elle toujours fait d’ailleurs !

 

Le pouvoir algérien, donc l’armée algérienne, a, depuis l’indépendance acquise en 1962, la répression, la déportation, l’exportation et l’élimination physique dans le sang dès lors que le régime se trouve menacé. L’Algérie n’a pas d’armée, elle a une police politique servant à réprimer le peuple dans toute son horreur à vous glacer le sang et ce, avec des moyens militaires. Un point c’est tout !

 

Mais qu’attendre d’un Président sans gueule et ni style, lui qui n’est qu’un pur clown du système militaire algérien. Un système mafieux avec son omerta, ses crimes, son serment, ses bidasses, ses agents, ses méthodes, sa causa nostra pour se protéger de toute attaque.

 

Autant dire que cette armée est désormais une ligne rouge que les Algériens ne pourront plus nommer dans la rue. Le Président algérien vient de le signifier sur un ton martial qui laisse supposer que le régime se prépare à réprimer dans le sang le peuple algérien. Un bonnet d’âne qui sied à merveille au Président algérien !

 

Farid Mnebhi.

 

03/06/2020