Même un oiseau ou une abeille n’oserait rire ou chanté l’animosité invétérée des responsables algériens envers leur voisin du Maroc pour la simple mise en place d’une caserne militaire marocaine, à quelques encablures de sa frontière, etqui n’en finit pas d’exciter ces délurés et complexés de dirigeants politiques et militaires algériens.

Ces généraux algériens ont oublié, vu leur tête de linotte, que le Maroc a initié, depuis quelques années, un programme consistant à déplacer les casernes militaires hors des zones urbaines etc’est dans ce sens qu’une caserne militaire sera érigée à Jerada.

Aussi, les responsables algériens ont annoncé fièrement, le 02 juillet 2020, la construction de deux bases militaires à la frontière militaire avec le Maroc pour y installer des systèmes de défense et d’espionnage. Cette agitation du régime algérien est de combler l’énorme fossé creusé par le Maroc, quitte à s’y perdre. Ce qui explique ce nouveau coup de folie furieuse, fiévreuse et éhontée des dirigeants du Palais de la Mouradia qui ont oublié l’adage qui dit de « fermer sa grande gueule ou de prendre la porte ».

T.Bone et ses généraux se sont mis à hurler comme si on leur enlevait une dent de sagesse, qu’ils n’ont d’ailleurs jamais eue, et que l’on retrouve dans tous les salons d’Alger ou de grands Palace à l’Etrangeret non dans les casernes ou postes de commandement puisque ceux-ci sont tenus, et c’est une vérité de la palissade, par des mercenaires étrangers rondement rémunérés pour assurer leur survie.

Et puis, si les autorités algériennes de foire foraine veulent voir en cette simple caserne militaire marocaine une quelconque menace c’est tout simplement qu’ils veulent camoufler leur retard technologique par rapport au Maroc et donc toutes ces accusations envers Rabat ne sont qu’un subterfuge de plus pour s’en cacher et justifier les futurs choix budgétivores pour engraisser leurs responsables.

Une avance acquise il y a des décennies par le Maroc qui a misé sur des enjeux géostratégiques autrement plus importants qu’une confrontation classique avec son voisin tels la sécurité du territoire national et l’engagement dans la lutte contre les groupes criminels transfrontaliers, qu’ils soient terroristes ou autres. Les deux satellites marocains Mohammed VI-A et Mohammed VI-B sont passés par là.

Il est certain que tout le tapage fait autour de la future caserne militaire de Jerada n’a nul autre but que de justifier de futurs contrats militaires, inadmissibles au vu de la crise actuelle du COVID-19 et de l’état de délabrement du service de santé et de l’économie algérienne, tout en tentant d’occulter le caractère totalement désuet des choix stratégiques passés et présents du régime de ce pays.

Dansce pays voisin du Maroc qu’est l’Algérie, où le régime se saisit de n’importe quel petit événement se passant au Maroc pour essayer de détourner son opinion publique sur une situation intérieure explosive, on crie au scandale. De simple caserne, on parle carrément de base militaire. Pour ce qui est du dispositif militaire algérien placé près des frontières avec le Maroc, des installations militaires ont été localisées avec des détails qui renseignent sur le caractère véritablement belliqueux du régime algérien.

Le jeu de l’épouvantail marocain pour recoller les morceaux d’une stratégie militaire reposant sur le seul armement sont-ils suffisants pour que l’Algérie rattrape son immense retard ? Rien n’est moins sûr ! Au-delà des investissements lourds que représente le renseignement électronique, c’est aussi une question de temps, à savoir, au bas mot, cinq ans entre la décision de lancer des satellites et leur mise en orbite effective.

 

Connaissant la lourdeur de la machine de prise de décision algérienne et la grande corruption qui sévit toujours dans les contrats de l’Etat, tous les doutes quant à la faisabilité d’un tel projet sont permis.

 

Mieux, cette future caserne militaire marocaine dissuadera très certainement les troupiers algériens de tirer sur les jeunes bergers marocains pour leur voler leur bétail de moutons et ce, alors que l’Aïd Adha (Fête du Sacrifice) approche à grand pas. Une habitude militaire algérienne. La Honte !

 

Le Maroc, Etat souverain, est libre de construire ce qu’il souhaite sur son territoire. Quant aux grabataires de généraux corrompus de leur Président T.Bone, imposteur et menteur, ils sont nuls militairement parlant, mais forts dans la parlote, la corruption et le pillage systématique de l’Algérie.

 

Un tapage ridicule des généraux et des responsables politiques algériens qui ne savent pas que le Maroc est souverain sur son territoire et qu’il est en droit le plus absolu de construire une caserne, une base ou toute autre chose de Tanger à Lagouira. Ce qui dérange les responsables algériens c’est la cohésion et l’unité des marocains derrière leur Roi ainsi que les succès du Maroc en Afrique et son avancée industrielle et technologique.

 

Cette agitation des responsables algériens est l’illustration parfaite du proverbe marocain : « Les obsèques furent grandioses alors que le mort était une souris ».Les Forces Armées Royales marocaines défendront le territoire nationale, tout comme le coq beldi (fermier) le fait fièrement et non pas la grossepoulette algérienne. Quel beau requiem pour les responsables algériens en perspective !

 

Farid Mnebhi.

04/07/2020