Beyrouth martyrisée, Beyrouth dévastée mais Beyrouth toujours debout.

Une double explosion a totalement défiguré Beyrouth, capitale du Liban, le 04 août 2020 en début de soirée, créant une scène apocalyptique ; des explosions enregistrées par les capteurs de l’Institut américain de Géophysique (USGS) comme un séisme de magnitude 3,3.

Ces deux explosions, ressenties jusqu’à Chypre, à 200 kilomètres, a soufflé le port et de nombreux quartiers environnants faisant, à la date du 05 août 2020, plus de 100 morts, près de 4000 blessés, environ 300 000 sans abris et des dommages évalués entre 03 à 05 milliards de dollars.

Ce 05 août 2020, les beyrouthines et beyrouthins se sont réveillés pour constater que leur capitale a été moitié détruite et son port totalement dévasté. Ce terrible drame survient alors que le Liban connaît sa pire crise économique depuis des décennies, marquée par une dépréciation inédite de sa monnaie, une hyperinflation, des licenciements massifs et des restrictions bancaires drastiques.

On notera que le port de Beyrouth est l'un des plus fréquentés de la Méditerranée orientale et constitue, avec l'aéroport international Rafic Hariri de Beyrouth, l'une des deux principales portes d'entrée du Liban. Il était la fierté du Liban, sonsymbole de la modernisation et, situé sur l'axe Marseille-Singapour, il constituait une porte unique sur le monde.

Sa destruction constitue un cataclysme pour le Liban puisque son économie reposait largement sur les importations, qui frôlaient plus de 20 milliards de dollars en 2018 et ses exportations évaluées à plus de 03 milliards de dollars.

Autant dire qu’à la date du 05 août 2020, la sécurité alimentaire du pays est en jeu puisquele plus grand port du pays s'est soudain évaporé, et aucun autre ne pourra absorber toutes les importations que recevait le Liban, sachant que plus 80% des denrées alimentaires sont importées

A rappeler que le Maroc, à la date du 05 août 2020, est le seul pays arabo-musulman à avoir transmis ses condoléances.

En effet, le Roi Mohammed VI du Maroc a transmis le jour même de la catastrophe, soit le 04 août 2020, au Président libanais, Monsieur Michel Aoun, et, à travers lui, aux familles éplorées et au peuple libanais ses vives condoléances et ses sincères sentiments de compassion, implorant le Très Haut d’accueillir les victimes en Sa Sainte miséricorde et d’accorder au Président libanais ainsi qu’aux proches des victimes patience et réconfort et un prompt rétablissement aux blessés tout en assurant le Chef de l’État libanais que le Maroc se tient de manière constante aux côtés du peuple libanais.

Quant au régime algérien, affidé du Hizbollah libanais et des régimes iranien et syrien, pas un seul message de condoléances n’a été été communiqué au peuple libanais. La honte dans toute son horreur !

D’ailleurs, cette double explosion est consécutive à la revendication, le 03 août 2020, par Israëldes frappes aériennes contre des positions de l'armée syrienne en représailles à des tentatives de placer des bombes artisanales le long de sa frontière contestée avec la Syrie et intervient à la veille, soit le 07 août 2020, du jugement sur le meurtre de Rafic Hariri impliquant des membres du Hizbollah libanais. De quoi se poser des questions sur la cause de cette double explosion qui a détruit en grande partie Beyrouth mais pas le peuple libanais.

Le jour où le peuple libanais reprendra son destin en main, malheur à ceux qui ont voulu le détruire. La sanction sera à la hauteur de leur traîtrise.

Farid Mnebhi.

05/08/2020