Quand les autorités algériennes se prennent pour le nombril de l’Afrique !

A lire la réaction officielle des responsables algériens, par l’entremise d’un communiqué du Ministère algérien des Affaires Etrangères en date du 19 août 2020, il ne fait pas de doute que le Coup d’Etat propre malien dérange plus d’un au Palais de la Mouradia d’Alger.

Une réaction puérile des hauts responsables algériens, déclarant le Coup d’État propre malien d’insurrection et d’anticonstitutionnel, qui ont affirmé rejeter tout changement de Gouvernement et ce, conformément aux instruments pertinents de l’Union Africaine, en particulier la Déclaration d’Alger de 1999 et la Charte Africaine de la Démocratie, des Elections et de la Gouvernance de 2007 ».

Ils se sont même permis de rappeler, dans leur communiqué, que « la doctrine de l’Union Africaine en matière de respect de l’ordre constitutionnel ne peut faire l’objet d’aucune violation ». La diplomatie algérienne souligne que « l’Algérie appelle toutes les parties au respect de l’ordre constitutionnel et au retour à la raison pour une sortie de crise rapide et queseules les urnes constituent la voie pour l’accession au pouvoir et à la légitimité ».

Au fait de quel légitimité peuvent se prévaloir les dirigeants algériens, eux qui ont volé l’indépendance de l’Algérie au peuple algérien pour mieux s’enrichir et matraquer les Algériennes et Algériens à tour de bras ? Aucune, eux qui ne sont que des parvenus !

Il est vrai que ce changement de régime au Mali a scié les pieds aux tribulations du régime algérien, maître d’oeuvre des activités terroristes dans la zone Sahélo-Saharienne avec le soutien du polisario qui offrent ses camps et ses hommes aux groupes terroristes qui sillonnent la région afin de conquérir cette riche zone en gaz, pétrole et autres minerais.

Une réaction lamentable comparée à celle faite, le même jour, par le Royaume du Maroc via une déclaration de son Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Rsidant à l’Etranger.

En effet, le communiqué marocain stipule que le Royaume du Maroc suit de près l'évolution de la situation au Mali et appelle toutes les parties et forces vives maliennes à privilégier l’intérêt supérieur du pays, sa stabilité, ainsi que la quiétude et les aspirations de son peuple.

Le Royaume du Maroc appelle également à une transition civile pacifique, permettant un retour rapide et encadré à l’ordre constitutionnel, soulignant que le Maroc reste entièrement confiant que les frères maliens sauront faire preuve de sens de la responsabilité et puiser dans les valeurs de paix et de concorde nationale, enracinées en eux, afin de restaurer la sérénité et la stabilité du Mali, auprès duquel le Royaume du Maroc fut et demeure engagé.

Que les responsables algériens sachent que ce Coup d’État propre s’est fait avec le soutien total du peuple malien et ce, sans qu’aucune balle ne soit tirée ou arrestations opérées par les militaires maliens.

D’ailleurs, le Colonel-Major Ismaël Wagué, Porte-Parole du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), dirigé par le Colonel Assimi Goita qui a pris le pouvoir, a demandé à ses compatriotes de vaquer librement à leurs occupations et aux fonctionnaires de reprendre le travail le 20 août 2020 tout en assurant que toutes les dispositions sont prises pour la protection des personnes et des biens, ainsi que les lieux de travail.

Même le Président français a estimé, sur Twitter le 19 août 2020, que la lutte contre les groupes terroristes et la défense de la démocratie et de l'État de droit sont indissociables, appelant à ce que le pouvoir soit rendu aux civils, que des jalons soient posés pour le retour à l'ordre constitutionnel.

En conséquence le régime algérien devrait aller se rhabiller et de s’occuper de la détresse dans laquelle se trouve le peuple algérien suite à la pandémie de la COVID-19, la chute vertigineuse du prix du brut pétrolier et le manque drastique de nourriture de base.

Farid Mnebhi.

20/08/2020