Voilà ce qui fait bouger les fesses du locataire du Palais de la Mouradia d’Alger : la finalisation

Une information qui ne serait pas du goût du polisario et encore moins de son tuteur algérien, celle de la finalisation du port de Lamhiriz, situé à 65 km d’El Gueguerat.

Un port qui, en attendant la construction du grand port de Dakhla Atlantique, constituera, sans nul doute une solution idoine pour le Maroc aux blocages récurrents par des polisariens tout en lui permettant une bien meilleure fluidité des échanges avec le reste de l’Afrique via le port mauritanien de Nouadhibou.

De plus, le port de Lamhiriz constituera la solution aux blocages récurrents du passage au poste frontière maroco-mauritanien d’El Guerguerat par les terropolisariens par des connexions maritimes avec le port mauritanien de Nouadhibou.

C’est pourquoi, les polisariens, ont tenu, le 21 septembre 2020, une réunion consacrée à la préparation du lancement du « grand blocage du passage d’El Guerguerate » au cours de laquelle une stratégie, appuyée par le pouvoir algérien, aurait été arrêtée.

Celle-ci repose sur l’installation d’une sorte de campement-sit in à Guerguerat, dans un remake du scénario de Gdim Izik en vue de provoquer une fermeture du poste frontalier.

Pour ce faire, un premier groupe de 60 personnes, dont des miliciens et des mercenaires armés, qui a effectivement pris très récemment le départ de Rabouni, et de nombreuses images et slogans appelant à la mobilisation pour ce sit-in, ont été partagés via whatsApp et d’autres réseaux sociaux, sur instructions des dirigeants polisariens.

Un mouvement terropolisarien conduit par le dénommé Hussein ould Sidi Moussa, un « baltaji », porte-parole de ce qu’on appelle « le comité populaire » avec la présence d’un certain Mohamed Lamin Bouhali, ancien « ministre de la défense ».

Pour l’Algérie, c’est un véritable camouflet. Car, et c’est un secret de polichinelle, en soutenant et hébergeant les terropolisariens, Alger a toujours rêvé d’avoir une fenêtre sur l’Océan Atlantique.

Ce port est destiné à redonner vie à Aoussered, passage important entre le Maroc et la Mauritanie et que Lamhiriz s’achemine vers le titre de capitale de la Province.

Dans le même sillage, les marocains, qu’ils soient du Nord, du Sud, de l’Est ou de l’Ouest, ont appelé à faire face, militairement, à ces mouvements provocateurs, appelant à ne pas prendre le sit-in en cours de préparation à la légère, car il pourrait s’installer dans la durée et constituer ainsi un point faible dans le dossier du Sahara marocain, alors même que le Conseil de Sécurité de l’ONU s’apprête à publier son rapport.

Enfin, le nouveau port de Guerguerat sera inauguré lors d’une prochaine Fête Nationale, éventuellement en novembre où le Maroc fête et la Marche Verte et son l’Anniversaire de son Indépendance.

Farid Mnebhi.

24/09/2020