Au Sahara, la marche du développement au grand dam du séparatisme agonisant

Par Abdellah Chahboun. Le modèle de développement des provinces sahariennes, voué à s'ancrer inéluctablement en pôle de complémentarité régionale, contraste sans équivoque avec les échecs sans appel des thèses séparatistes aux abois.

Tel est le constat on ne peut plus clair que dresse le discours de SM le Roi Mohammed VI, à l'occasion du 45ème anniversaire de la Marche verte, résolument porté vers l'avenir prometteur d'une région au potentiel incontesté et incontestable à l'échelle continentale.

Une dynamique qui bat en brèche les stratagèmes de basse facture et manœuvres ourdies par les promoteurs d'un séparatisme qui ne trouve plus preneur.

Pragmatique et visionnaire, l'ambition royale se construit autour des potentialités réelles et de la coopération régionale et africaine, surtout avec le voisinage immédiat de sorte à consolider la place du Sahara marocain comme une zone de projection vers la profondeur africaine.

C'est la quintessence même de l'engagement du Souverain en faveur d'un dialogue constant avec l'Espagne quant aux zones de chevauchement des eaux territoriales, dans le droit fil de la dynamique bilatérale vertueuse.

Un engagement qui se confirme après l'initiative de délimitation des espaces maritimes du Royaume en les incorporant dans son arsenal juridique.

Il s'agit in fine de faire de la façade atlantique du sud du Royaume une interface maritime d'intégration économique et un foyer de rayonnement continental et international, comme SM le Roi appelle de Ses vœux.

Dans la conception royale, des méga chantiers structurants à l'instar du port Dakhla Atlantique, des projets de dessalement des eaux de mer et d'énergies renouvelables sont autant de facteurs de complémentarité économique maroco-africaine et bien au-delà.

S'y ajoutent le stratégique plan de promotion du secteur de la pêche maritime dans les provinces du sud qui regorgent de stocks énormes de poissons, mais encore le plan Azur dédié à la relance du tourisme pour que la région s'érige en destination balnéaire à part entière.

Autant d'atouts non négligeables que le Souverain tient à mettre en valeur dans l'esprit même de la Marche verte, non seulement pour consacrer la Marocanité du Sahara sur la scène internationale, mais aussi et surtout pour l'ériger en moteur de développement régional et continental.

A cet égard, force est de constater l'impact durablement bénéfique du retour du Maroc au sein de l'Union africaine, où la diplomatie du Royaume fait face avec succès aux manœuvres des parties adverses. D'ores et déjà, les Nations unies, son secrétaire général et le Conseil de sécurité sont confortés dans leur mandat exclusif à l'égard de la question du Sahara marocain.

Fruit de la politique royale lucide et des victoires diplomatiques du Royaume, l'ouverture de consulats généraux de plusieurs pays dans les villes de Laâyoune et de Dakhla est un acte de reconnaissance manifeste de la marocanité du Sahara: acte de confiance à l'égard du climat de sécurité et de prospérité dont jouit cette partie intégrante du territoire national.

C'est dire que 45 ans après la grande Marche pacifique pour parachever l'intégrité territoriale du Royaume, les thèses séparatistes sont plus que jamais rejetées. Le Souverain tient justement à rappeler que 163 pays, représentant 85% des Etats membres de l'ONU, ne reconnaissent pas l'entité factice. Le Maroc est bien dans son droit.

08/11/2020