Algérie : Acharnement sur le Maroc pour mieux éluder la vacance du pouvoir

En Algérie, le diplomate, le militaire et l’économiste se relaient pour s’en prendre au Maroc. Une campagne bien ordonnée selon une répartition précise des rôles destinée à faire oublier au peuple la vacance au sommet de l’Etat.


L’opération des FAR, du 13 novembre, à El Guerguerate a accentué la campagne hostile de l’Algérie contre le Maroc. Une politique qui se décline désormais sur quatre volets : diplomatique, militaire, économique ainsi que communicationnel.

Sur le plan diplomatique, la question du Sahara est plus que jamais au cœur de toutes les réunions et les discours du ministre des Affaires étrangères. Hier le sujet a été évoqué par Sabri Boukadoum lors d’une nouvelle session du conseil d’association entre Alger et l’Union européenne, organisée par visioconférence. En effet, le voisin de l’Est n’est guère satisfait de la position des Vingt-sept qui se sont montrés plutôt compréhensifs des explications fournies par le royaume justifiant son intervention à El Guerguerate.

La veille, le chef de la diplomatie a abordé le différend régional avec son homologue italien, Luigi Di Maio. Le mercredi 2 décembre, c’était lors d’une allocution au nom de son pays présentée à l’occasion d’une session extraordinaire du conseil exécutif de l’Union africaine.

Chengriha brandit la menace de la guerre

Le général Said Chengriha, le chef des armées, après quelques jours d’absence durant les premiers jours ayant suivi l’opération des FAR, est revenu pour incarner la ligne dur du régime contre le Maroc. En témoigne l’édito de la revue El Jeich, publié hier, et qui est placée sous son commandement direct.

«La détérioration de la situation régionale le long de notre bande frontalière et la menace que font peser certaines parties ennemies sur la sécurité de la région ces derniers temps, nous concernent et nous devons nous tenir prêts à y faire face. Bien plus, nous y sommes contraints parce que notre pays a des obligations régionales imposées par son rôle pivot, outre ses positions de principe immuables de soutien à toutes les causes justes», écrit la publication.

Le ton est ainsi donné, confirmant des confidences de «sources anonymes» au ministère de la Défense parues le même jour en novembre dernier dans les quotidiens Echorouk et l’Expression annonçant un changement radical de la doctrine de l’armée sur le dossier du Sahara, suite à la reprise de la circulation des biens et des personnes à travers le passage reliant le Maroc à la Mauritanie.

Exhumer un projet gazier entre Alger et Abuja                  

La campagne algérienne contre le Maroc accorde aussi un rôle à l’économie. Le projet de transfert du gaz nigérian vers l'Europe via le Niger et l'Algérie est ainsi re-relancé lors de la visite, du 26 novembre, de Sabri Boukadoum à Abuja. Le dossier était d'ailleurs au centre des entretiens avec son homologue nigérian et le président Muhammadu Buhari. Pour mémoire, ce projet en rade depuis les années 80, a été abordé le 16 octobre 2018 à l’occasion d’une réunion coprésidée par les ministres des Affaires étrangères des deux pays.

Hier, le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, s’est lancé dans une attaque contre le gazoduc Maroc-Nigéria, le qualifiant de «projet politique imaginable» et d’ «inefficace» à cause de «contraintes techniques» qui seraient liées au «tracé du gazoduc qui passe par de nombreux pays». L’Algérie compte aussi exhumer la construction de la route transsaharienne devant relier Alger à Abuja.

Finalement c’est à Ammar Belhimer qu’a été confiée de conduire la bataille communicationnelle contre le Maroc. Aussi, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement multiplie les attaques contre Rabat. Après avoir mêlé le royaume à la préparation d’une résolution du Parlement européen condamnant la détérioration des libertés dans son pays, le voilà qui récidive.

Le 6 décembre, il a appelé le conseil de sécurité à «assumer son entière responsabilité dans le respect du cessez-le-feu, violé par le Maroc» après l’opération des FAR à El Guerguerate. Les médias, en ligne, papier et chaîne TV en Algérie apportent également leurs pierres dans cette campagne en relayant des «victoires imaginaires» du Polisario et décrétant l’ «isolement» du royaume sur la scènes arabe, africaine et internationale.

 

09/12/2020