La décision qui sonne le glas de l'illusion du séparatisme au Sahara

Le 10 décembre 2020 restera à jamais une journée noire dans la sinistre histoire du projet séparatiste au Sahara. La décision prise jeudi par les Etats-Unis de reconnaître la souveraineté pleine et entière du Maroc sur l’ensemble de son Sahara sonne comme un coup de grâce pour le projet pernicieux du Tandem Algérie-Polisario de diviser le Maroc et de l’amputer d’une grande partie de son cher territoire.

Coup de tonnerre dans le conflit du Sahara : Les Etats-Unis, première puissance mondiale et membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, incarnation de la légalité internationale, décident de la manière la plus officielle et la plus solennelle qui soit, que l’ensemble de la région du Sahara fait partie intégrante de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Royaume.

C’est le président américain lui-même qui annonça, au cours d’un entretien téléphonique avec SM le Roi Mohammed VI, la promulgation d’un décret présidentiel, avec ce que cet acte comporte comme force juridique et politique indéniable et à effet immédiat, portant sur la décision des États-Unis d’Amérique de reconnaitre, pour la première fois de leur histoire, la pleine souveraineté du Royaume du Maroc sur l’ensemble de la région du Sahara Marocain.

Prise de la sorte, cette décision est irréversible et engage tous les locataires de la Maison blanche, qu’ils soient Républicains ou Démocrates.

Le décret présidentiel réitère l’appui américain sans ambages, déjà exprimé à maintes reprises notamment dans les résolutions du Conseil de sécurité et les déclarations des représentants officiels, ce que propose le Maroc depuis 2007 pour tourner la page de ce différend, à savoir une large autonomie pour les habitants des provinces du Sud dans le cadre de sa souveraineté indiscutable.

"Les Etats-Unis affirment, comme l’ont déclaré les administrations précédentes, leur soutien à la proposition d’autonomie du Maroc comme seule base pour une solution juste et durable du différend sur le territoire du Sahara occidental. Par conséquent, à compter d’aujourd’hui, les Etats-Unis reconnaissent la souveraineté marocaine sur l’ensemble du territoire du Sahara occidental et réaffirment leur soutien à la proposition d’autonomie sérieuse, crédible et réaliste du Maroc comme seule base pour une solution juste et durable du différend sur le territoire du Sahara occidental", indique la proclamation officielle de cette reconnaissance signée par le président Donald Trump.

Comme pour enterrer définitivement le rêve chimérique entretenu par l’Algérie et son pantin, le Polisario, les Etats-Unis considèrent qu'"un Etat sahraoui indépendant n’est pas une option réaliste pour résoudre le conflit" et qu’une véritable autonomie sous souveraineté marocaine est "la seule solution possible".

C’est exactement ce que le Maroc et toutes les personnes éprises de paix et de justice clament haut et fort depuis de nombreuses années : la création d’un mini-Etat dans cette région n’est pas une solution viable et ne fera qu’exacerber les tensions et l’instabilité dans une région déjà fragilisée par les menaces du terrorisme, de l’islamisme radical, du grand banditisme et des trafics des armes et des drogues.

Pour donner corps à cette vision de la paix, Washington exhorte les protagonistes à engager des discussions "sans délai", en utilisant le plan d’autonomie du Maroc "comme seul cadre pour négocier une solution mutuellement acceptable".

Et sur ce point précis, le Maroc et le Conseil de sécurité n’ont eu de cesse d’insister sur le fait que l’autonomie est la seule solution réaliste et réalisable et qu’elle doit être en conséquence le seul cadre de négociations, en dépit de l’entêtement de l’Algérie à vouloir inscrire dans l’agenda des tables rondes initiées par l’ONU des solutions obsolètes et des options irréalistes comme le référendum.

La décision de reconnaitre la marocanité du Sahara ne constitue pas une simple déclaration diplomatique de complaisance à l’égard d’un allié, prise par un président qui s’apprête à passer le relais à la Maison blanche, et les Etats-Unis ont tenu à le faire savoir de manière officielle.

Le drapeau américain flottera bientôt dans le ciel de Dakhla où Washington a décidé d’ouvrir un consulat à vocation essentiellement économique, en vue d’encourager les investissements américains et la contribution au développement économique et social, au profit notamment des habitants des provinces du Sud.

Cette position historique des Etats-Unis d'Amérique vient conforter la dynamique de la consécration de la marocanité du Sahara marocain, et qui s’est exprimée à travers l’ouverture de plusieurs consulats de pays arabes et africains à Laâyoune et Dakhla.

Mais en proclamant qu’un "Etat sahraoui n’est pas réalisable" et que "l’autonomie est la seule solution possible", cette prise de position marque un tournant majeur dans l’évolution du conflit du Sahara.

A bon entendeur, salut !

 

13/12/2020