Maroc/Sénégal: Un partenariat d’exception

Le partenariat stratégique de longue date entre le Maroc et le Sénégal ne cesse de se développer au fil du temps grâce à la volonté commune et à l'action concertée des deux pays dans la quête d’un développement socio-économique mutuellement bénéfique.

 

L’inauguration lundi du Consulat général sénégalais à Dakhla est un acte à fort enjeu diplomatique qui augure une nouvelle ère dans les relations entre Rabat et Dakar qui se veulent, depuis toujours, crédibles et exemplaires.

 

En effet, le Sénégal a toujours apporté un soutien sans réserve au Maroc pour la sauvegarde de son intégrité territoriale. Il est le pays africain le plus engagé dans la défense des causes du Maroc aussi bien au sein de l’Union africaine (UA), que dans les instances internationales.

 

Le Sénégal a pris part à la Conférence ministérielle de soutien à l'initiative d'autonomie sous la souveraineté du Maroc qui s’est tenue virtuellement, le 15 janvier 2021, à l'invitation du Royaume et des Etats-Unis.

 

Les participants à cette Conférence, dont le Sénégal, se sont engagés à continuer à plaider en faveur d'une solution se basant uniquement sur l’Initiative marocaine d’autonomie pour la résolution du conflit du Sahara marocain.

 

De plus, le président de la République du Sénégal, M. Macky Sall, a salué, le 19 novembre 2020, "le sens de la mesure et de la retenue" dont le Royaume fait preuve, en vue de maintenir la stabilité de la zone tampon d’El Guerguarat.

 

"Dans l’esprit de sa position traditionnelle sur ce dossier, le Sénégal réitère son soutien au Royaume du Maroc dans la défense de ses droits légitimes", a écrit le président Macky Sall dans un message adressé à SM le Roi Mohammed VI.

 

Lors de sa visite au Maroc, les 15 et 16 septembre 2019, l’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères, Amadou BA, a réitéré le soutien ferme et constant de son pays à la marocainité du Sahara, soulignant que le Plan d’autonomie constitue la seule solution à ce différend régional.

 

Il a également réitéré l’appui de son pays au rôle de l’ONU en tant que cadre consensuel devant mener au règlement définitif de cette question.

 

Le Sénégal a participé au niveau de son ancien MAE, Maître Sidiki Kaba à la Conférence ministérielle sur l’appui de l’UA au processus politique de l’ONU sur le différend régional sur le Sahara, tenue à Marrakech le 25 mars 2019.

 

Le Sénégal fait partie des 28 pays africains ayant signé, en juillet 2016, la motion en vue de la suspension de la prétendue "rasd" des activités de l’UA et de tous ses organes.

 

Force est de constater que le Sénégal est le pays le plus visité par SM le Roi Mohammed VI, avec huit visites officielles.

 

La visite royale en novembre 2016 a été marquée par la signature de deux conventions relatives à la mise en œuvre du programme de partenariat agricole maroco-sénégalais, en plus du protocole d’accord portant création d’un centre de formation dédié à l’entreprenariat.

 

La visite d’amitié et de travail de SM le Roi à Dakar, du 20 au 28 mai 2015, fut l’occasion de la mise en place du Groupe d'Impulsion économique maroco-sénégalais, qui vise à dynamiser les relations de partenariat économique, favoriser la co-émergence, promouvoir le partenariat entre les secteurs privés et assurer le suivi de réalisation des accords privé-privé et public-privé entre les deux pays, à travers à la signature de 13 accords dans divers domaines.

 

Sept accords ont été signés à l’occasion de la visite officielle au Maroc du président sénégalais (25 – 31 juillet 2013).

 

Le Sénégal a soutenu fermement la demande du Maroc de retourner à sa famille institutionnelle africaine (UA) ainsi que sa demande d’adhérer à la CEDEAO en tant que membre de plein droit.

 

Sur Hautes Instructions de SM le Roi, le Sénégal a été parmi 15 autre pays africains ayant bénéficié, le 15 juin 2020, du matériel médical préventif, afin de l’accompagner dans les efforts de lutte contre la pandémie du COVID-19.

 

Côté cultuel et culturel, les relations religieuses entre les deux pays sont exemplaires et remontent très loin dans l’histoire. L’entrée de l'Islam sous sa forme mystique au Sénégal, s’est faite depuis le Maroc, notamment à travers la confrérie Tijaniya à Fès, qui est la capitale spirituelle de cette confrérie et le sanctuaire de son fondateur Sheikh Sidi Ahmed Tijani.

 

Les ordres soufis au Sénégal sont liés à l'institution de Commandeur des croyants, SM le Roi Mohammed VI. Des réunions religieuses et des manifestations ont eu lieu au Sénégal sous le Haut patronage de SM le Roi.

 

En outre, des groupes d'étudiants sénégalais affiliés aux confréries et aux familles religieuses bénéficient de la formation pendant deux ans à l'Institut Mohammed VI pour la formation des Imams, Mourchidines et Mourchidates.

 

Sur le plan éducatif, un quota de 170 places pédagogiques a été réservé par le Maroc au profit des étudiants sénégalais au titre de l’année académique 2018/2019.

 

S’agissant de la coopération militaire, les Forces armées royales (FAR) ont accordé 63 places de stages pour l’Armée de Terre et 03 places pour l’Armée de l’Air au Sénégal, au titre de l’année 2019-2020.

 

A cela s’ajoute une formation en faveur de 18 élèves de l’armée de l’air et 15 élèves et 7 suppléants de la marine nationale sénégalaise au titre de l’année académique 2017-2018, en plus de la participation des militaires à un stage dans le domaine de la maintenance des avions en 2017 pour une durée de 6 mois.

 

La Marine Royale a également accordé 15 places au Sénégal au titre de l’année 2020-2021.

 

05/04/2021