Le Maroc gagne du terrain en Amérique latine dans sa bataille pour le Sahara occidental

Rabat tente d'isoler le Front Polisario sur le continent, où il a encore des alliés comme le Panama, Cuba, le Venezuela, le Nicaragua et le Mexique.

 

La bataille diplomatique que le Maroc et le Front Polisario mènent dans le monde entier au sujet du Sahara occidental se traduit en Amérique latine par une nette victoire de Rabat. Au cours des cinq dernières années, les ambassades d'Amérique latine à Rabat sont passées de 5 à 12. Des pays comme le Salvador et la Bolivie, qui reconnaissaient la République arabe sahraouie démocratique (RASD), ont retiré leur reconnaissance au cours des deux dernières années et rejoignent d'autres États d'Amérique latine, comme la Colombie et le Guatemala, qui l'avaient fait auparavant.

 

En ce qui concerne le terrain physique du Sahara occidental, le Maroc a également consolidé son contrôle depuis que le cessez-le-feu signé il y a 30 ans entre les parties a été rompu le 13 novembre. Depuis novembre, Rabat contrôle totalement la zone neutre de Guerguerat, qui permet le passage du Sahara occidental vers la Mauritanie. Dans le même temps, elle renforce son emprise sur le continent américain, zone clé, avec l'Afrique et l'Europe, dans la confrontation entre les deux parties.

 

Le Front Polisario perd également des batailles à l'ONU, une organisation qui continue à reconnaître officiellement le Sahara occidental comme un territoire en attente de décolonisation. Le Conseil de sécurité des Nations unies a tenu mercredi une consultation sur la performance de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (Minurso). Le Front Polisario a exprimé dans un communiqué son mécontentement quant au résultat : "Le Conseil de sécurité a opté pour l'inaction et n'a produit aucun résultat substantiel".

 

Ahmed Mulay, responsable du Front Polisario pour l'Amérique latine, prévient par téléphone depuis les camps de réfugiés près de la ville algérienne de Tindouf que les "succès" du Maroc dans la zone sont dus à "la politique du chèque". "Alors que notre outil de lutte est le droit international, le Maroc utilise la corruption et l'achat des consciences", affirme-t-il.

 

Le représentant sahraoui insiste sur l'invitation à voyager "tous frais payés" que le Maroc a offert à de nombreux députés d'Amérique latine. "Nous connaissons même des ministres à qui ils ont construit de petits hôtels dans les Caraïbes. Lorsqu'il y a eu des ouragans, ils ont fait des dons d'environ 100 000 dollars. Ils ont également distribué du phosphate... du phosphate sahraoui, bien sûr", ajoute Mulay.

 

Le plus grand succès diplomatique de Rabat depuis que l'Espagne, sous la dictature de Francisco Franco, a abandonné sa colonie en 1975 est intervenu en décembre dernier de la main du président des États-Unis de l'époque, Donald Trump. Son administration a reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental six semaines seulement avant de quitter ses fonctions.

 

Son successeur, Joe Biden, n'a pas encore levé le petit doigt contre cette décision, qui est liée à l'accord de reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël. Mais aucun pays de l'UE ne s'y est associé, malgré les efforts du Maroc dans ce sens. En attendant, la diplomatie marocaine continue de construire son réseau d'influence en Amérique latine. Chaque geste, aussi petit qu'il puisse paraître, compte dans ce conflit.

 

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Naser Burita, et son homologue colombien, Claudia Blum, ont tenu une réunion virtuelle, mardi 6 avril, au cours de laquelle les deux diplomates ont exprimé la volonté du roi Mohammed VI et du président colombien, Ivan Duque, de "réaffirmer la relation bilatérale". Un ambassadeur d'un pays d'Amérique latine à Rabat, qui préfère ne pas révéler son nom, souligne : "La plupart des pays de la région ont sympathisé avec la cause sahraouie. L'activité et la présence du Polisario dans la région contrastaient avec l'absence du Maroc".

 

Un changement de tendance

"Mais cela a commencé à changer avec l'arrivée de Mohammed VI sur le trône à la fin des années 1990. Depuis lors, ils ont entrepris une politique très active et efficace. Ils ont fait venir des diplomates qui parlent très bien l'espagnol, qui sont très bien documentés sur la région et qui viennent avec un mandat clair pour renforcer les liens avec tous les secteurs de la société. Ils ont l'habitude d'inviter de nombreux membres du parlement au Maroc", explique-t-il. Et il ajoute : "Les relations commerciales sont très rares et irrégulières. Mais cela n'empêche pas les pays d'Amérique latine d'en profiter. Il est important d'avoir une présence diplomatique dans ce pays. Et au final, il y a 12 pays d'Amérique latine qui ont une ambassade à Rabat", ajoute l'ambassadeur.

 

Un autre diplomate de la région ajoute : "Les ambassadeurs marocains en Amérique latine sont très efficaces. La personne en poste dans mon pays travaille avec la précision d'un horloger suisse. Il connaît tout le monde et quand c'était possible, avant la pandémie, il organisait des voyages pour les politiciens à El Ayoun. Il a invité les maires des villages éloignés. Soudain, ces maires ont été traités merveilleusement au Maroc. Ils ont passé des jours dans le luxe et sont repartis en parlant des merveilles du pays. Et la presse d'ici s'est fait l'écho de leurs propos, bien que presque personne dans mon pays ne soit au courant".

Le responsable du Front Polisario pour l'Amérique latine, précise que "nous devons savoir que selon les traités internationaux, les reconnaissances sont irréversibles. Ces changements dépendent parfois de l'existence d'un gouvernement de gauche ou de droite dans ces pays. Tôt ou tard, nous y retournerons".

 

Des sources diplomatiques marocaines ont indiqué que les "succès notables" sont dus à une approche globale, où comptent "les relations bilatérales du Maroc avec les pays de la région, la présence diplomatique, les interdépendances économiques et commerciales, les relations sociales, ethniques et culturelles, et l'importance des échanges humains de part et d'autre". Et tout cela, guidé par la "vision clairvoyante" du roi, selon les mêmes sources.

 

Le résultat chiffré de cette politique, selon le ministère marocain des Affaires étrangères, peut être résumé comme suit : 16 pays ne reconnaissent pas ce que ces mêmes sources marocaines appellent "l'entité fictive" de la RASD (République arabe sahraouie démocratique) ; 14 pays soutiennent le projet d'autonomie présenté par le Maroc, par opposition au référendum d'autodétermination réclamé par le Front Polisario. Les autorités marocaines ne donnent pas la liste de ces pays, mais elles soulignent que parmi ceux qui soutiennent le projet d'autonomie figurent le Guatemala et le Salvador.

 

Une longue histoire de rencontres et de désaccords

Les relations entre les pays d'Amérique latine et le Maroc ont été tendues. Le Panama a été, en 1978, le premier pays de la région à reconnaître la République arabe sahraouie démocratique (RASD). L'année suivante, le Mexique l'a rejoint et, au milieu des années 1980, une trentaine de pays, selon les sources du Front Polisario, avaient déjà épousé sa cause. Puis ce fut le tour du Maroc. Et à partir des années 1990, des pays comme la Colombie, le Guatemala, le Honduras, le Paraguay, la République dominicaine, Haïti et la Jamaïque ont commencé à retirer leur reconnaissance de la RASD. Les derniers ont été le Salvador (2019), la Guyane et la Bolivie (tous deux en 2020).

 

Maintenant, les pays d'Amérique latine qui continuent à reconnaître l'organisation sahraouie sont : Panama, Cuba, Venezuela, Nicaragua, Mexique, Équateur et Uruguay. Et dans certains d'entre eux, comme le Mexique, le Panama et Cuba, le Maroc a décidé d'ouvrir une ambassade, même si son représentant doit partager les actes officiels avec ce que les autorités de Rabat considèrent comme un "ambassadeur fictif" de la RASD.

23/04/2021