La bâtarde de Kadhafi

Alger n’a rien épargné pour dévier le conseil de sécurité de l’ONU de sa décision de trouver une solution « mutuellement acceptable » au conflit du Sahara. Il n’a pas non plus lésiné sur les moyens pour élargir le champ d’action de la MINURSO afin de mettre sous tutelle onusienne les territoires récupérés. A chaque fois Rabat a réussi à mettre en échec ses manœuvres et à renvoyer sa diplomatie revoir sa copie.

En désespoir de cause, Alger revient à la case départ exactement de la même manière qu’un coureur qui rate le sien revient au starting block.

Le coup, à fort coût, de la désignation d’un représentant de l’Union Africaine pour le Sahara va faire illusion, provoquer des parasitages et des interférences, créer des tensions supplémentaires dans la région, alimenter la machine à propagande de l’Algérie. Sans plus.

Et pas plus que l’OUA n’a été à la hauteur de sa mission d’union, sa dauphine illégitime ne pourrait faire mieux que de continuer sur la voie des échecs.

Si la réussite se pouvait par ses mains, il y a longtemps que le Monde l’aurait su.

L’Union Africaine est la fille bâtarde de l’OUA née de l’esprit malade, atteint de vertigo, du jamais regretté Kadhafi dont il fut, selon ses propres mots, « le roi des rois ».

L’Afrique, dans sa majeure partie, c’est quoi au juste ? La Somalie et son état permanent d’anarchie meurtrière. L’Ethiopie et sa longue guerre avec l’Erythrée. Le Soudan divisé et toujours en guerre. Le Rwanda et l’horreur de ses génocides des années quatre-vingts. La Cote d’Ivoire et sa guerre civile dont elle sort à peine. La république Centre africaine plongée dans les malheurs de la division ethnique et territoriale. Les pays du Sahel et les tentatives de leur phagocytage dans les larmes et le sang. Le Congo ex-Kinshasa qui n’en finit pas Le Kenya qui s’apprête à sombrer. Le Biafra, le Katanga, l’Angola, le Tchad …, il n’y a pas un seul conflit, une seule guerre où l’OUA, crédible à ses débuts, ou son avatar l’UA aient été d’une quelconque utilité pour ne pas dire pire ? Et ce n’est certainement pas dans le contexte actuel que les choses vont s’améliorer.

07/07/2014