sommet afrique-pays arabes,

Réellement il s’agit d’un pseudo-sommet ‘’sommeton’’ afrique-pays arabes de surcroît chez le bouddha dépressif de Guinée Equatoriale, mettant en exergue l’indice du début de méditation de la huitaine de présidents africains coursiers sans aura de célébrité même dans leur pays.

 Désormais c’est un constat flagrant, le Maroc en plus de huit pays arabes et autres trente cinq africains, estiment que ce Sommet faisant passer les pertes avant les bénéfices est irrecevable. Car pour eux tous, il est stupide de leur imposer l’épreuve de la présence de la RASD pour la énième fois consécutive en faisant fi de leurs objections légitimes. A cet égard, ils n’en pensent aucunement que le Niet marocain dans ce contexte n’enfreigne l’ordre du jour de ce Sommet transformé en ‘’Sommeton’’. Mais, seulement rend compte de la légèreté du président Bouddha depuis 1979 de la Guinée Equatoriale, n’ayant voulu garder l’œil ouvert sur l'illégalité de son action risquée d’avoir invité la RASD. Et, dont il croyait en faire sa course contre la montre pour poser des chaines d’entraves qui visent à promouvoir tacitement cette entité fantoche qui vacille, en temps et place du retour annoncé du Maroc à Addis-Abeba en préparation du Sommet de l’UA en Janvier 2017.  

 

       Sauf que, à toute fin ses raisons au vu que le Maroc n’est pas né de la dernière pluie pour se laisser se faire marcher sur les pieds notamment en réagissant par une démonstration de force politique, en se retirant avec ses vrais amis arabes suite à des manœuvres à la limite du concevable et donc de l'acceptable. Dont tous les médias en présence en font l’écho, d’abord tenant compte de son approche géopolitique de grande qualité de ciblage s’ajoutant à sa réflexion géostratégique connectée auprès des grands à l’avantage des pays africains. Puis, plaçant le curseur très haut en assumant sa volonté d’accompagnement de tous les chefs d’Etats africains qui en expriment le désir en option de ce qui fut initié au Sommet africain de l’action en marge de la COP 22 à Marrakech 07-18 Novembre 2016. Qu’au demeurant, tous les pays africains amis présents ne veulent se voir enfournées dans l'ambiguïté et finalement contraints de participer à ce Sommet de Malabo sans se sentir bien dans leur peau et être à l’aise dans leur attitude pour rendre l’ascenseur en marche au Maroc. Car, si par le passé certains présidents faisaient au sein de l’UA dans le deux poids deux mesures à l’égard du Maroc, roulant sans protection pour la Libye de Kadhafi l’Algérie de Bouteflika et l’Afrique du Sud de Zouma, il n’en serait point aujourd’hui avec lui sous la direction d’un Roi fort et déterminé dans son retour puissant dans tous les domaines en Afrique.

 

       Néanmoins, la huitaine de l’ensemble de chefs d’Etats et de gouvernements récalcitrants à la thèse marocaine étant arrivés à Malabo, les voilà incohérents dans leurs postures immobiles les yeux retournés dans leurs retraits repensant à chaque instant à leur position de reclus dont leurs conseillers les dérobaient à la vue des médias. N’est-ce d’ailleurs là où le bât blesse, c’est pourquoi Al-Sissi que la presse égyptienne sous sa botte, excusez du peu, présente comme la star de ce ‘’Sommeton’’ par hypocrisie de la réincarnation de pharaon a-t-il soudainement quitté les pieds des pyramides où il méditait à ses déconvenues sans boire ni manger pour se rendre en Guinée Equatoriale afin de participer à cette criée des coursiers inutiles et indésirables en l’absence de neuf pays arabes et pas les moindres ? D’autant, même si ses manutentionnaires médiatiques sevrés à la démocratie l’en encouragent de se mettre à contresens du Maroc en tant que vrai dynamo de l’Afrique, il se doit se mettre au diapason de la démarche africaine de Sa Majesté le Roi Mohamed VI pour ne pas tomber si bas. Parce que, s’il pense comme ça pouvoir élargir ses coopérations Sud-Sud selon d’autres attitudes préprogrammées en Algérie de non réchauffement de ses relations avec le Maroc, il se fourgue le doigt dans l’œil surtout avec l'arrivée de la républicaine Nikki Hailey en tant qu'ambassadrice représentante permanent des USA au Conseil de Sécurité de l'ONU. Aussi, pour être plus clair n’en peut-on voir que les cas de défaillances directes ou indirectes de sa gouvernance instable au vu des variations de ses conversations avec les pays du CCG et autres, commencent à plonger l’Egypte dans l’imbroglio des pays courtiers voire concessionnaires des chimères seulement ? 

 

       A dire vrai il est le réceptacle de la colère en Egypte parce qu’il divise et instaure la dictature, d’où la violence tout autour de par ses gestes inamicaux de sa nouvelle signature de ses devants à l’encontre de la sagesse politique en gouvernance vis-à-vis de ses concitoyens. Ce qu’au demeurant choque les peuples africains, qui connaissent mieux le Roi du Maroc compétent tolèrent et loyal d’après des enquêtes réalisées, le voyant effectivement le seul meilleur chef d’Etat réaliste digne de confiance. Contrairement à Al-Sissi qui essaye de poignarder dans le dos le Maroc par ses attouchements pro Polisario algériens-dépendants, même sachant que sa cote politique est en dépression partout en Afrique. Mais, pourquoi veut-il concurrencer le Souverain marocain dans sa poursuite logique de ses visites prometteuses et porteuses d’avenir en Ethiopie Madagascar Nigéria et Zambie sur le plan socio culturel économique écologique et cultuel-sécuritaire ? De ce point de vue, pourquoi ne sait-il qu’en plus le Roi africain n’en serait déstabilisé par les sottises et âneries des certains médias et sites de réseaux sociaux égyptiens, voyant en le rapprochement Maroc-Ethiopie la main des Falachas autrefois rapatriés à Israël ? Omettant, que l’Ethiopie est en phase de finition de son barrage de la renaissance qui est aussi l’un des points de discorde sur la gestion des eaux du Nil avec le Soudan qui n’en tient par lucidité nullement rigueur au Maroc. N’est-ce sans doute cela qui affaibli un peu plus le raisonnement périphérique de tous ces snipers du Net, dont, le Maroc garde l’esprit clair car n’y est pour rien dans cette construction de ce barrage? Bien que même installant aujourd’hui une usine d’engrais et de fertilisants à hauteur de 3,7 milliards de dollars dans le cadre de sa coopération-partenariat gagnant-gagnant pour l’accompagnement de l’Ethiopie dans sa révolution agraire en perspective.

 

       En effet, la tournée royale jusqu’à présent en Ethiopie et à Madagascar a donné du tournis aux ennemis connectés dans l’idiotie accélérée et inconditionnelle anti Maroc. Ils en tiennent même, haut la main, la première place dans le crossing-over  des paramètres de mesure de surchauffe de leurs cerveaux ratatinés de haine de rancune et rancœur. Parce qu’ils sont nichés dans la position des receleurs de médisances de mensonges et contrevérités, n’en sachant pas que ce pays qu’ils détestent tant n’est plus relié aux axes traditionnels qui ne permettent qu’une démarche saccadée de revalorisation de ses choix. Au contraire, il est aujourd’hui en total mouvement dans son champ de pratique démocratique de l’alternance par les urnes malgré quelques difficultés de circonstances politiciennes, d’où son particularisme ne peut que les profondément surpasser. Tellement qu’on en parle partout de sa réussite de transition depuis 1999, lui donnant un gage pour son miracle sociétal malgré les contraintes sociales les défis sécuritaires terroristes et les malveillances-perfidies des pays faux-amis à l’ONU l’UE et l’UA. A bon entendeur, salut !  

Publié par Aziz IKKROU 

24/11/2016