Le Maroc célèbre aujourd’hui un anniversaire des plus glorieux. Il y a 38 ans, ils étaient 350.000 Marocaines et Marocains représentant les différentes régions du Royaume. 

Ceux qui ont vécu ces moments mémorables se rappellent cet enthousiasme et cette détermination dont faisaient preuve, non seulement les participants à ce grand événement qui a marqué le siècle dernier, mais tout le Maroc, dans toutes ses composantes. C’est d’ailleurs ce qui fait la force du Maroc et des Marocains chaque fois que c’est d’une cause nationale, des fondamentaux ou des symboles du pays qu’il s’agit. 

Et c’est malheureux qu’il y en ait qui n’ont pas fait le petit effort de le comprendre, à l’image de cette trop vieille garde qui continue de sévir chez nos très chers voisins de l’Est. 

Et comme vile riposte, ils ont procédé à l’expulsion, il y a 38 ans de cela, de familles entières, des milliers de Marocains, résidant en Algérie et dont le seul tort était de rester indéfectiblement attachés à leur patrie et à ses valeurs. 

Sa Majesté le Roi Mohammed VI vient de  préciser à l’occasion de l’ouverture de l’actuelle session parlementaire. 

« Il faut donc rappeler encore une fois que la source de notre force, dans la défense de notre Sahara, réside dans l’unanimité de toutes les composantes du peuple marocain autour de ses valeurs sacrées ». 

A l’actif du Maroc, soit dit en passant, des initiatives et autres propositions qui sont assurément faites pour attester, si besoin en est, de la volonté de mettre un terme à un contentieux bien que créé de toutes pièces, pour ne parler que de la seule initiative d’autonomie appréciée à juste titre par bien d’instances internationales et autres pays et puissances à travers le monde. 

Un trop maladroit et trop malheureux message a été adressé par le toujours président de ce pays frère qui est l’Algérie et à qui l’on souhaite d’ailleurs un  prompt et surtout un vrai et authentique rétablissement, a démontré une fois encore l’inconstance de ceux qui tiennent les ficelles de ce côté-là de nos frontières. 

« L’opinion publique nationale n’est plus en mesure de supporter les agissements d’Alger contre les causes sacrées du Maroc ». C’est tout dire. Et c’est signé du Premier secrétaire de l’USFP qui vient de le rappeler devant les Marocains et les Ittihadis du monde à Barcelone, à Toulouse, à Bruxelles, à Liège, à Rome… 

Le Parti des Forces populaires n’a-t-il pas été, depuis toujours, au cœur des préoccupations nationales les plus nobles ?

 

06/11/2013