Lorsque l’Espagne occupait les régions Sud du Maroc, le régime algérien n’avait jamais soufflé mot pour les libérer. Pour Boumèdienne, les Espagnoles n’étaient pas des occupant, ce n’est que lorsque cette partie du Maroc a été libéré que le dictateur d’Alger, qui n’a même pas participé même de loin à la libération de son pays, est sorti de sa tanière pour s’attaquer à ses frères Marocains.

Il a crée une milice prénommé le Polisario et commençait à chanter le droit des peuples à l’autodétermination une fois que la région du sud marocain fut libérée. Une attitude qui démontre que le tyran d’Alger ne voulait que déstabiliser le Maroc pour des problèmes de voisinage qu’il pouvait régler pacifiquement avec nos frères Marocains.

Ce litige est légué par ce Boumediene à ses prédécesseurs. Avec la création de la République Arabe Sahraouie, dont le peuple est entièrement Amazigh, Boumediene pensait réussir deux coups d’une seule pierre. Déstabiliser le Maroc et arabiser les régions sud du Maroc. La marocanité du sahara occidental n’est plus à démontrer. Les 80 000 personnes qui occupent ce territoire son en majorité contre la milice du Polisario financé par Alger. Les réfugiés des tentes de Tindouf sont pris en otage par les deux parties et ils sont même interdits de s’exprimer en tamazight.

Une injustice commise depuis des décennies. Le moment est venu de libérer le Sud marocain du joug du Polisario et de l’Algérie. Financer une organisation paramilitaire d’un pays étranger par un autre pays est une grave atteinte à sa souveraineté.

Tamurt ,Nassim N,

31/10/2015