La marche verte, un événement phare dans l’histoire du Maroc contemporain

L’avènement de la marche verte, que le peuple Maroc célèbre ce jeudi son 39-ème anniversaire, est un événement phare couronnant un long processus de militantisme et de lutte pour le parachèvement de l’indépendance et la réalisation de l’intégrité territoriale.
Evénement historique déterminant qui traduit avec force la symbiose entre le Trône et le peuple, la marche verte restera gravé à jamais dans la mémoires de tous les Marocains tant elle donne toute la mesure de la noblesse d’âme du peuple marocain, toujours prompt à répondre à l’appel de la patrie et à s’inscrire en parfaite symbiose avec les démarches entreprises pour la défense des constantes de la nation.

La marche verte de 1975, qui a révélé le génie politique inégalable de Feu Hassan II, est entrée dans la légende et appartient désormais au patrimoine universel, au même titre que les grands événements ayant marqué l’histoire de l’humanité.

Cette marche témoigne de l’ingéniosité de feu Hassan II qui a réussi de manière civilisée et pacifique, à la faveur d’une conviction ferme en le droit au recouvrement des provinces du Sud, à faire hisser, le 28 février 1976, le drapeau national dans le ciel de Laâyoune, annonçant ainsi la fin de la présence coloniale dans le Sahara marocain.

«L’homme semble oublier qu’il peut, par une simple marche pacifique, aboutir à plus de résultats que n’en obtiendrait une entreprise militaire», avait affirmé Feu Hassan II, à la veille du lancement de la Marche verte, le 6 novembre 1975.

En effet, la Cour internationale de justice (CIJ) avait rendu son avis consultatif stipulant que le Sahara n’avait jamais été «terra nullius» et qu’il y avait des «liens juridiques d’allégeance» entre ce territoire et le Royaume du Maroc.

Dans un discours historique prononcé le 16 octobre 1975, le regretté Souverain avait indiqué : «le droit a prévalu sur l’injustice et la Cour internationale de justice de La Haye a reconnu que le Sahara n’a jamais été une terre sans maître et confirmé qu’entre le Sahara et le Royaume du Maroc il existait, en effet, des liens juridiques et d’allégeance».

Feu Hassan II avait également ajouté : «Le monde entier a reconnu que le Sahara était le nôtre depuis très longtemps, le monde entier a reconnu qu’il existait des liens entre le Maroc et le Sahara qui n’ont été altérés que par le colonisateur». «Il ne nous reste donc qu’à entreprendre une marche pacifique du Nord au Sud (…) pour nous rendre au Sahara et renouer avec nos frères», avait souligné le regretté Souverain.

Ainsi, des milliers de volontaires, hommes et femmes, des différentes couches sociales représentatives de toutes les régions du Royaume avaient répondu, ce 6 novembre 1975, à l’appel de feu Hassan II, d’entreprendre cette Marche pacifique pour libérer le Sahara marocain du joug de l’occupant espagnol.

Ayant pour seules «armes» le drapeau national et le Saint Coran et imprégnés des vertus de paix et de fraternité, les 350 000 volontaires, ont fait une excellente démonstration pour les peuples du monde quant à la fidélité aux valeurs de patriotisme et d’abnégation au service des causes justes.

Le couronnement de cette lutte patriotique se traduira le 28 février 1976 quand le drapeau national a été hissé dans le ciel de Laâyoune, annonçant la fin de la présence coloniale au Sahara marocain. Le retour au giron de la Nation de Oued Eddahab, le 14 août 1979, marquera une autre étape cruciale dans ce processus.

Aujourd’hui, le Maroc, sous la conduite du Roi Mohammed VI, est mobilisé pour défendre la marocanité du Sahara en réaffirmant au monde entier sa ferme volonté d’œuvrer à l’apaisement et à la concorde à travers la négociation pour trouver une solution politique définitive au conflit artificiel autour de l’intégrité territoriale du Royaume, dans le cadre de l’Initiative marocaine d’autonomie.

Le Maroc entreprend, en outre, une action tous azimuts, pour assurer un développement intégré et durable de ses provinces du Sud. En témoigne le modèle de développement régional des provinces du Sud et qui constitue une vision développementale intégrée, fondée sur une analyse objective de la situation effective dans ces provinces.

Ce modèle multidimensionnel ambitionne d’ériger les provinces du Sud en un espace de développement intégré, propre à assurer une vie digne pour les populations de la région. Il s’agit aussi de conforter la portée géostratégique de ces provinces en tant que pôle régional de liaison et d’échanges entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne.

la célébration du 39-ème anniversaire de la Marche verte est une épopée remarquable à inscrire en lettres d’or dans l’histoire de la lutte des peuples pour l’indépendance, ainsi qu’une occasion de rendre hommage aux grands sacrifices consentis par le peuple marocain en vue de développer les provinces du sud libérées, relancer la dynamique du développement socio-économique global et consacrer le processus de la construction démocratique aussi bien dans le sud que dans le nord.

Signature : APA
Copyright : © APA

09/11/2014