Maroc/France : Les Fiancés de l'Empire du Mal face au juge
Après une garde à vue de 48h00, les deux journalistes alpagués par la Brigade de Répression de la Délinquance contre la Personne (BDRP) , à savoir Eric Laurent et Catherine Graciet, ont été déférés, le 28 août 2015 au soir, devant la justice française pour être présentés devant un juge d'instruction qui les a inculpé, le 29 août 2015 au matin, de tentative d'extorsion de fonds et de tentative de chantage.
Ces deux mercenaires de la plume, poursuivis par la justice français en liberté mais sous contrôle judiciaire, ont eu un comportement de voyous qui a totalement jeté l'opprobre sur la profession du journalisme en France.
D'ailleurs, toute la presse française, nationale et régionale, a relayé ce scandale unique en France ; la presse internationale c'est également faite l'écho de ce dérapage de ces deux journaleux à la petite semaine.
Une trahison qui entame fortement la crédibilité de certains médias français qui se sont mis en mode silence, évitant d'en informer l'opinion publique française, alors qu'ils servaient de caisse de résonnance aux pamphlets de certains journalistes mafieux.
Un tsunami qui a mis à jour l'existence d'un véritable réseau mafieux de journalistes de la presse française au service de parties et d'organisations caritatives connues pour leur hostilité envers le Maroc avec pour objectif de recevoir des mallettes de pétrodollars pour subsister.
Des voyous qui ne sont en fait que la face visible d'un iceberg puant de personnages corrompus et manipulés et qui prétendent défendre le respect des Droits Humains, la lutte contre la corruption, l'affairisme, la concussion et l'exploitation.
Deux voyous qui ont porté gravement atteinte à l'honneur des journalistes français mais aussi à celui de la France et ce, pour des motifs bassement vénaux et au profit de certaines parties connues pour leur hostilité viscérale envers le Maroc et ses Institutions, c'est pourquoi la justice française se doit-elle d'être la plus exemplaire en les condamnant selon les termes de la loi.
Deux maîtres chanteurs qui font rire les bandes des cités et des bas quartiers des grandes villes françaises ; ces derniers, eux, ont un sens de l'honneur, que ces deux personnages n'ont pas car ils l'ont vendu, ainsi que leur âme, à des organisations hostiles au Maroc et à ses institutions, voire à des groupes terroristes, avec pour mission de nuire à ce pays qui installe à son rythme une démocratie durable et participe efficacement dans lutte contre la criminalité internationale, l'extrémisme religieux et le terrorisme.
Ils ont tenté d'organiser un bal des vampires, ils devraient se retrouver derrière les barreaux pour le mettre en scène face aux autres pensionnaires qui les attendent avec impatience, notamment les marocains.
Gageons que les deux fiancés soient réunis dans la même prison pour qu'ils puissent ruminer ensemble leur échec, que même un jeune de 12 ans des cités françaises aurait évité avec maestria.
Farid Mnebhi.

29/08/2015