Par son entêtement à fermer ses frontières avec le Maroc, l’Algérie nage contre le courant de l’intégration maghrébine

Si les responsables algériens feignent de vouloir contribuer à la construction de l’UMA, pour ne pas passer pour le facteur entravant, qu’ils sont en fait, ils continuent en pratique à bloquer toute action d’édification de ce regroupement régional. Et cet entêtement a des effets désastreux sur le plan économique. Selon certaines études, les pays de l’UMA perdent près de 10 milliards de dollars annuellement, soit environ 2pc du PIB de ces pays réunis, en raison de l’absence de la concertation des positions à l’international, l’inexistence d’un marché maghrébin commun et le recours aux marchés européens. Aussi, le commerce entre les pays maghrébin ne représente-il que 5pc du volume global de leurs échanges avec l’UE, estimées à 80 milliards de dollars.
Le journaliste et écrivain algérien, Mohamed Ben Chikou, estime à cet effet que ceux qui détiennent les ficelles dans le pouvoir algérien ne veulent pas s’inscrire dans un processus qui pourrait représenter une menace pour leurs intérêts et leur présence au pouvoir. Ainsi, dès l’apparition des premiers signes d’amélioration des relations, les actes de provocation et d’hostilité envers le Royaume refont surface, en particulier en ce qui concerne le conflit artificiel autour du Sahara marocain, à propos duquel l’ancien président algérien Houari Boumedyen avait déclaré un jour que ce différend restera "une pierre dans la chaussure marocaine".
Le dernier épisode de ce long feuilleton de provocation est la décision de l’Union africaine, sous l’instigation de l’Algérie, de nommer un prétendu "envoyé spécial" au Sahara. Ce qui a été catégoriquement rejeté par le Maroc, qui n’a pas ménagé ses efforts pour défendre sa souveraineté et étouffer les manipulations et manouvres des ennemis de son intégrité territoriale.
De l’avis de nombreux observateurs, l’Algérie se sert de ce conflit pour leurrer l’opinion publique interne et dissimuler ses violations de droits humains, ainsi que pour entraver le processus de grandes réformes en cours au Maroc et servir ses desseins hégémoniques et géostratégiques dans la région.
Alors qu’Alger prétend ne pas être une partie dans le conflit, elle abrite sur son sol une entité séparatiste, à la quelle elle procure armes et argent, et déploie toute sa diplomatie et tous les moyens de l’Etat au service d’une entité qui menace l’unité des pays de la région. Et tous les moyens sont bons, selon elle, pour garder ce statut quo.
A Tindouf, les séquestrés sont entourés par une armée d’agents de services secrets algériens et ne jouissent même pas du statut de réfugié, conformément au droit international. Plus encore, c’est l’Algérie elle-même qui refuse de recenser ces "réfugiés" et leur interdit de quitter ce territoire.
Comme en témoigne le militant sahraoui, Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, qui relève que "l’Algérie a participé au crime d’empêcher le retour des sahraouis, en raison de son emprise sécuritaire sur les camps. Elle procède à l’interpellation de ceux qui tentent de fuir les camps, avant de les livrer au Polisario et les jeter dans les prisons".
C’est ainsi que "l’Algérie se sert de ces Sahraouis dans son conflit artificiel avec le Maroc, comme une carte de pression interne et un prétexte de présence sur la scène internationale", souligne-t-il.
En dépit de toutes les tentatives désespérées des responsables algériens, la diplomatie marocaine a toujours fait preuve de bonne volonté et de disposition à appuyer toutes les initiatives destinées à améliorer les liens entre les deux pays et jeter les bases d’une coopération régionale. Toutefois, elle ne ménage aucun effort pour faire face à tous les actes hostiles à l’unité et l’intégrité du Royaume, qui sont de nature à entraver la construction de l’UMA, qui est avant tout une ambition des peuples de la région.
Ignorer ces appels populaires serait mépriser une volonté commune à l’union, servir une certaine balkanisation de la région et rester confiné dans des idéologies désuètes. (MAP). RK---TRA/BI. - See more at: http://sahara-question.com/fr/actualites/par-son-ent%C3%AAtement-fermer-...

09/08/2014